Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Télésurveillance des insuffisants cardiaques : Grenoble pionnier

Télésurveillance à domicile, accompagnement thérapeutique, personnalisation des soins, prévention des complications... Le digital répond à la demande d'autonomie des patients et d'amélioration de l'efficience des soins. Le CHU Grenoble Alpes (CHUGA) a adopté ces solutions numériques au bénéfice des personnes souffrant d'insuffisance cardiaque. C'est le 1er établissement de santé de la région Auvergne Rhône-Alpes -et l’un des 1ers en France- à avoir signé une convention de partenariat de télésurveillance et accompagnement thérapeutique pour les malades cardiaques. Le service sera opérationnel début septembre 2017.

Télésurveillance à domicile, accompagnement thérapeutique, personnalisation des soins, prévention des complications…  Le digital répond à la demande d’autonomie des patients et d’amélioration de l’efficience des soins. Le CHU Grenoble Alpes (CHUGA) a adopté ces solutions numériques au bénéfice des personnes souffrant d’insuffisance cardiaque. C’est le 1er établissement de santé de la région Auvergne Rhône-Alpes -et l’un des 1ers en France- à avoir signé une convention de partenariat de télésurveillance et accompagnement thérapeutique pour les malades cardiaques. Le service sera opérationnel début septembre 2017.
Technologie Chronic Care ConnectTM
Le service de cardiologie du CHU Grenoble Alpes bénéficiera de la Technologie Chronic Care ConnectTM qui combine télésurveillance à domicile et accompagnement thérapeutique, réalisée par des infirmiers diplômés d’état, afin d’accompagner les patients insuffisants cardiaques tout au long de leurs parcours de soins et d’améliorer significativement leur survie. Pour rappel, il existe plus d’un million de personnes en France qui souffrent d’insuffisance cardiaque. Cette pathologie est d’ailleurs la première cause d’hospitalisation chez l’adulte, avec 160 000 hospitalisations par an.  
Cette nouvelle activité proposée par le CHU Grenoble Alpes s’intégrera dans le parcours de soins et permet un suivi renforcé entre les consultations médicales par les professionnels de santé, afin que ces derniers puissent réagir plus vite et éviter les complications.
L’accord a été signé dans le cadre du programme ETAPES* (Article 36) d’expérimentation en télémédecine avec CDM e-Health, filiale d’Air Liquide Healtcare. Innovation en organisation des soins, le programme national français ÉTAPES couvre le champ de la télémédecine (aussi appelé "Article 36"). L’article 36 est une initiative nationale qui vise à promouvoir le déploiement de la télémédecine chez les patients chroniques à domicile à risque d’hospitalisation.
Les enjeux de la médecine de demain sont nombreux. Pour répondre aux défis qui attendent les professionnels de santé, le CHU Grenoble Alpes (CHUGA) a bâti une stratégie mettant l’innovation scientifique, technologique et organisationnelle au service de la santé de tous les patients de l’arc alpin. Etablissement support du GHT Alpes Dauphiné, le CHUGA  ne cesse, au fil des années, de développer une médecine de plus en plus personnalisée, moderne et rapide. Opérationnelle dès le mois de septembre prochain témoigne de cette double volonté : s’appuyer sur les dernières technologies et placer chaque patient au cœur du système de santé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.