Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Thorax en entonnoir : Montpellier place la barre haut

Montpellier est le seul établissement du Languedoc-Roussillon à proposer une solution aux patients souffrant de la malformation appelée « thorax en entonnoir ». Cette déformation du sternum et des côtes forme un creux important au niveau du thorax. Pour la corriger, le Dr Jean-Philippe Berthet et le Pr Charles-Henri Marty-Ané (service de chirurgie thoracique et vasculaire) utilisent depuis 3 ans la méthode de Nuss. Une barre placée dans le thorax du patient repousse le sternum vers l'avant. C'est impressionnant mais les résultats sont immédiats et probants. Montpellier est un des leaders français dans ce domaine.

Montpellier est le seul établissement du Languedoc-Roussillon à proposer une solution aux patients souffrant de la malformation appelée « thorax en entonnoir ». Cette déformation du sternum et des côtes forme un creux important au niveau du thorax. Pour la corriger, le Dr Jean-Philippe Berthet et le Pr Charles-Henri Marty-Ané (service de chirurgie thoracique et vasculaire) utilisent depuis 3 ans la méthode de Nuss. Une barre placée dans le thorax du patient repousse le sternum vers l’avant. C’est impressionnant mais les résultats sont immédiats et probants. Montpellier est un des leaders français dans ce domaine.

Pectus Excavatum, qu’est ce que c’est ?
Pectus Excavatum est le nom scientifique de thorax en entonnoir. Cette malformation qui concerne un enfant sur 400 à la naissance, correspond à un creux dans la partie médiane du thorax qui crée une asymétrie au niveau des pectoraux. Dans la majorité des cas, cette malformation se résorbe seule dans la 1ière année de vie. Pour 1/3 des patients, elle grandit et se développe pendant l’adolescence. Au delà d’un complexe physique qui entraîne un mal être psychologique grave, cette malformation peut entraîner des complications cardiaques et respiratoires pour 15% des patients.
Pour pallier cette difficulté, le recours à la chirurgie est nécessaire. Auparavant, deux interventions étaient proposées.
La première consistait à réduire la longueur des cartilages malformés, la seconde préconisait le placement d’une prothèse en silicone dans la cage thoracique. Selon la gravité de la situation ces deux interventions peuvent encore être proposées. Mais l’apparition de la méthode de Nuss a considérablement changé la donne.

Nuss, la révolution pour le pectus
La méthode de Nuss est une révolution car cette méthode est beaucoup moins invasive. L’outil utilisé est surprenant : une barre faite d’alliage d’acier. Le spécialiste utilise la barre cintrée qu’il place derrière le sternum grâce à deux petits orifices sous les aisselles. La mise en place s’effectue sous vidéo-scopie. Une fois positionnée, il fait faire une rotation de 180 ° à la barre pour que l’arrondi repousse le sternum en avant vers une position « normale ». Le résultat est instantané !

Sur le même principe que l’orthodontie, la barre est enlevée au bout de 3 ans car il y a une mémoire de forme. Par la suite on peut avoir une vie normale et même pratiquer du sport sans aucune conséquence néfaste.

15 interventions annuelles au CHRU
Dans le service de chirurgie thoracique et vasculaire dirigé par le Pr Charles-Henry Marty-Ané, le Dr Berthet est le référent régional pour effectuer cette pratique moderne. Depuis 3 ans, l’équipe chirurgicale utilise la méthode de Nuss sur des patients (majoritairement des hommes) issus, pour la plupart, du Languedoc-Roussillon.
L’intervention est réalisée une fois la croissance osseuseterminée et avant une limite d’âge qui se situe entre 25 et 30 ans. Un suivi régulier est assuré en post-opératoire pendant 6 mois complété par de la rééducation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.