Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Toulouse devient centre de coordination national «médicaments et grossesse»

L’équipe «Médicaments, reproduction, grossesse et allaitement» du service de pharmacologie médicale et clinique du CHU de Toulouse, a été choisie pour assurer la mise en place et la coordination d’un Réseau national permettant de renforcer la vigilance concernant les risques liés à l’exposition médicamenteuse au cours de la grossesse. Un choix qui témoigne de l’excellence des équipes hospitalières toulousaines.

L’équipe «Médicaments, reproduction, grossesse et allaitement» du service de pharmacologie médicale et clinique du CHU de Toulouse, a été choisie pour assurer la mise en place et la coordination d’un Réseau national permettant de renforcer la vigilance concernant les risques liés à l’exposition médicamenteuse au cours de la grossesse. Un choix qui témoigne de l’excellence des équipes hospitalières toulousaines.
C’est dans le cadre de l’appel à candidatures 2018 « Réseaux nationaux structurants » de l’Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé, que l’équipe du service de pharmacologie médicale et clinique de Toulouse, dirigée par le Pr Jean-Louis Montastruc, a été choisie.
Le premier réseau national d’experts dans le domaine de l’exposition médicamenteuse au cours de la grossesse, baptisé REGARDS (REproduction Gestation And Risk of DrugS) rassemblera pour la première fois au niveau national des partenaires ayant des domaines de compétences complémentaires : pharmacologie médicale, évaluation de la balance bénéfices-risques lors de la prise de médicaments pendant la grossesse, épidémiologie, mathématiques et statistiques, et informatique.
Ces différents domaines d’expertise sont en effet indispensables pour atteindre les objectifs de ce réseau: la surveillance de l’exposition aux médicaments pendant la grossesse ; la détection de signaux pour augmenter la réactivité lors d’alertes et la quantification du risque tératogène, foetotoxique et à long terme.
Le projet sera coordonné par le Dr Isabelle Lacroix, Praticien hospitalier en pharmacovigilance et pharmacoépidémiologie, avec le Dr Christine Damase-Michel, maître de conférence/praticien hospitalier, le Pr Agnès Sommet et le Dr Justine Bénévent, assistante hospitalo-universitaire en pharmacologie médicale au CHU.

Une équipe à la pointe de l’expertise

L’équipe, qui a publié plus de 50 articles scientifiques dans des revues internationales médicales et de spécialité, travaille depuis plus de 20 ans sur le sujet de « médicaments et grossesse ».
Elle a mis en place plusieurs bases de données de référence, parmi lesquelles :
EFEMERIS, qui croise les données de prescription de médicaments pendant la grossesse et les issues de grossesse, et permet notamment l’évaluation du risque des médicaments pendant la grossesse. Cette base de données contient actuellement plus de 125 000 couples « femme-issue de grossesse » et s’enrichit tous les ans de 10 000 femmes de Haute-Garonne.
POMME, qui contient des données sur l’exposition aux médicaments depuis la vie intra-utérine jusqu’aux 7 ans des enfants. Cette base de données, qui s’appuie sur une cohorte d’enfants suivis depuis sept ans, a pour objectif d’évaluer les effets au long cours des médicaments pris par les mères pendant la grossesse.
HOMERE, base de données régionale qui croise les données de prescription de médicaments chez les hommes (Assurance Maladie) avec les données du Centre d’infertilité du CHU de Toulouse et qui a pour objectif d’évaluer les effets des médicaments sur la fertilité masculine. Elle a été créée en 2014.
Pour la mise en place de ces bases de données et leur exploitation, l’équipe a répondu à de nombreux appels d’offres et obtenu des financements pour un montant total de plus de 800 000 €.
A noter, que deux autres projets Européens sont en cours, l’un avec l’Agence européenne du médicament, l’autre dans le cadre d’un IMI (Innovative Medicines Initiative) de la Commission Européenne.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.