Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Tours mise sur les jeunes chercheurs médicaux et paramédicaux

Le CHU de Tours lance le premier appel d’offre interne dédié aux jeunes investigateurs médicaux et paramédicaux. Les résultats de cet AOI, doté de 200 000 euros, seront annoncés début juillet.
Le CHU de Tours lance le premier appel d’offre interne dédié aux jeunes investigateurs médicaux et paramédicaux. Les résultats de cet AOI, doté de 200 000 euros, seront annoncés début juillet.
Au cours de la soirée organisée le 12 février 2018, le Pr Patrice Diot, Doyen de la faculté de médecine, a rappelé le dynamisme de la recherche au CHU de Tours, 14ème établissement sur les 32 CHU au regard du nombre de points SIGAPS et appelé à encore « faire mieux », en identifiant et confortant des pistes de recherche et en s’appuyant sur le maillage territorial. « Je suis convaincue que cette région ne sera pas forte si elle n’a pas un CHU fort », a pour sa part confirmé la Directrice générale du CHU, Marie-Noëlle Gérain Breuzard.
Appel d’offre interne. Souhaitant encourager la jeune génération de chercheurs, médicaux et paramédicaux, le CHU a également lancé au cours de cette soirée un Appel d’Offre Interne (AOI) « Jeune Investigateur », doté de 200 000 euros. Levier important de dynamisation de sa recherche clinique et translationnelle, cet appel d’offre doit permettre d’offrir au lauréat/aux lauréats une première expérience de construction d’un projet de recherche (protocole, accompagnement méthodologique, technique, règlementaire et financier) par le CHU. Fort de cette première expérience, l’investigateur pourra ensuite se confronter à des appels à projets très concurrentiels, interrégionaux et nationaux. Les résultats de ce premier AOI seront annoncés début juillet. 
La recherche au CHU de Tours en chiffres 
– Cinq équipes de recherche labellisées, 
– Deux Fédérations hospitalo-universitaires : 
– GOAL : Grand-Ouest Acute Leukemia (FHU de cancérologie)
– SUPORT : SUrvival oPtimization in ORgan Transplantation (1ère FHU française de transplantation)
4 brevets déposés en 2016 ;
7 appels à projets nationaux remportés en 2016 (dont deux à dimension européenne) ;
7 structures constituant la plateforme recherche : 
Le Centre d’Investigation Clinique (CIC) avec un module Plurithématique (P) et un module Innovation Tech¬nologique (IT) ;
L’Équipe de Renforcement d’Investigation Clinique (ERIC) ;
Le Centre de Ressources Biologiques (CRB) ;
Le Centre Pilote de Suivi Biologique des Anticorps Thérapeutiques (CEPIBAC) ;
La Tumorothèque ;
L’Unité Régionale d’Épidémiologie Hospitalière (UREH) ;
L’Unité d’Évaluation MédicoÉconomique (UEME).
Et aussi :
Un laboratoire d’excellence sur les biomédicaments (LabEx MAbImprove).
Un projet Ambition Recherche Développement (ARD 2020 Biomédicaments).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.