Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Traiter les douleurs chroniques rebelles par stimulation

Le centre d’évaluation et de traitement de la douleur (CETD) du CHU de Rennes vient d’acquérir un nouvel équipement appelé rTMS pour repetitive Transcranial Magnetic Stimulation, destiné à traiter les patients souffrant de douleurs chroniques rebelles. Le CHU est le premier établissement breton à proposer cette nouvelle prise en charge.

Le centre d’évaluation et de traitement de la douleur (CETD) du CHU de Rennes vient d’acquérir un nouvel équipement appelé rTMS pour repetitive Transcranial Magnetic Stimulation, destiné à traiter les patients souffrant de douleurs chroniques rebelles. Le CHU est le premier établissement breton à proposer cette nouvelle prise en charge. Une information qui intéressera les nombreuses personnes que les traitements antalgiques n’arrivent pas à soulager soit près d’un tiers de la population selon les dernières études*
Les techniques de stimulation telles que la rTMS (Stimulation Magnétique transcrânienne répétitive) peuvent intervenir sur indication en complément des autres traitements association souvent plusieurs thérapeutiques : médicaments par voie générale ou locale, techniques physiques (kinésithérapie, acupuncture, exercices physiques…), psychologiques (entretiens individuels, hypnose éricksonienne…), techniques dites invasives (cathéters, sondes de stimulation…).

Déjà utilisées en psychiatrie pour traiter les dépressions graves ou les troubles obsessionnels compulsifs, les techniques de stimulation sont efficaces, en particulier pour les douleurs neuropathiques (par atteinte d’une fibre nerveuse) périphériques.
Méthode indolore et non invasive, la stimulation magnétique transcrânienne répétitive agit sur l’activité électrique du cerveau et son fonctionnement. Une bobine placée en externe au contact du crâne du patient induit un champ électromagnétique dont la répétition module l’excitabilité et permet de réduire la perception du message douloureux. La zone à stimuler est détectée par un système spécifique de neuronavigation, qui étudie l’image IRM du cerveau du patient et indique ainsi à l’opérateur la cible à atteindre.
Un protocole de 5 séances
Le patient est adressé au centre d’évaluation et de traitement de la douleur par son médecin généraliste. Une première consultation spécifique, destinée à informer le patient sur la rTMS et à recueillir son consentement, est planifiée. Le protocole comporte ensuite 5 séances de stimulation de 45 minutes programmées pendant 5 jours.
En cas de réduction de la douleur lors de la première session, des séances d’entretien sont prévues les mois suivants. L’objectif est de réduire l’intensité douloureuse de 30 à 50% ce qui est réalisé dans environ 50% des cas.
Le Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur (CETD) est installé au cœur de l’hôpital Pontchaillou depuis mai 2011. Il répond au nombre croissant de patients atteints de douleurs persistantes et adressés au CHU de Rennes.
Un européen sur trois souffre d’une douleur chronique, c’est à dire une douleur qui dure depuis plus de 3 mois. C’est le résultat de l’enquête européenne Painstory  menée en 2011 dans 13 pays européens*. 6 personnes sur 10 ont le sentiment que la douleur chronique contrôle leur vie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.