Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Tumeur de la prostate : Marseille se dote d’un laser à haute énergie

Le service de chirurgie urologique de l’hôpital de la Conception (AP-HM) vient de se doter d’un laser à haute énergie pour traiter l'adénome de la prostate, quelle que soit la taille de la prostate. Seul établissement de Provence-Alpes-Côte-d’Azur à proposer cette technique mini-invasive, l’hôpital de la conception maintient son avancée dans le traitement des tumeurs de l’appareil urologique.

Le service de chirurgie urologique de l’hôpital de la Conception (AP-HM) vient de se doter d’un laser à haute énergie pour traiter l’adénome de la prostate, quelle que soit la taille de la prostate. Seul établissement de Provence-Alpes-Côte-d’Azur à proposer cette technique mini-invasive, l’hôpital de la conception maintient son avancée dans le traitement des tumeurs de l’appareil urologique.

Les atouts du laser à haute énergie
Cet appareil agit par photo-vaporisation avec l’émission d’un rayonnement de haute énergie qui pénètre profondément dans les tissus et vaporise les cellules avec un pouvoir de coagulation très élevé ; un procédé qui évite quasiment tout saignement. Avec cette technique la sonde urinaire peut être retirée dès le lendemain de l’intervention, soit 3 fois plus vite que par technique classique. Meilleur confort du patient, diminution d’un tiers de la durée d’hospitalisation qui passe de 6 à 2 jour, baisse du risque infectieux par le retrait de la sonde urinaire moins de 24 h après sa pose, retour rapide à une activité normale sont les principaux avantages du laser à haute énergie.

Des indications plus larges
Les patients fragiles (antécédents cardiaques, grand âge etc..) peuvent être opérés avec une sécurité accrue. Leurs traitements, en particulier anticoagulant, peuvent être maintenus ou interrompus pour une très courte durée.

Cet appareil est utilisé par le Professeur Gilles Karsenty dans le service de chirurgie urologique de l’hôpital de la Conception dirigé par le Professeur Christian Coulange.

L’adénome de la prostate n’est pas un cancer mais une tumeur bénigne située au niveau de la glande prostatique. En grossissant, cette tumeur obstrue le canal de l’urètre et entraîne des symptômes urinaires gênants et des complications : rétention aiguë d’urine,  dilatation de la vessie et des uretères risquant de provoquer une insuffisance rénale… L’adénome de la prostate est la première cause des troubles urinaires de l’homme. En France, la chirurgie de l’adénome est la deuxième chirurgie fonctionnelle la plus fréquente après la pose de prothèse de hanche (650 00 interventions/an).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.