Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Tumeurs cérébrales chez l’enfant, un jeune chercheur lyonnais lance un appel aux dons

Pour éviter une opération à cerveau ouvert aux enfants atteints d’une tumeur cérébrale, Pierre-Aurélien Beuriat, neurochirurgien pédiatrique à l'hôpital Femme Mère Enfant aux Hospices Civils de Lyon, lance un appel aux dons. L’objectif est de financer une étude portant sur l’identification la tumeur de l'enfant grâce à un examen d’imagerie qui remplacerait une intervention chirurgicale lourde - Il ne manque plus que 5 000€ pour boucler le budget. Avis aux généreux donateurs…

Pour éviter une opération à cerveau ouvert aux enfants atteints d’une tumeur cérébrale, Pierre-Aurélien Beuriat, neurochirurgien pédiatrique à l’hôpital Femme Mère Enfant aux Hospices Civils de Lyon, lance un appel aux dons. L’objectif est de financer une étude portant sur l’identification la tumeur de l’enfant grâce à un examen d’imagerie qui remplacerait une intervention chirurgicale lourde- Il ne manque plus que 5 000€ pour boucler le budget. Avis aux généreux donateurs…
Une des principales causes de décès par cancer chez les enfants, les tumeurs cérébrales sont les tumeurs solides les plus fréquentes. Leur pronostic dépend des caractéristiques de leurs tissus tumoraux, de leur localisation, de leur extension et de leur sensibilité aux traitements. 
Pour que les médecins puissent définir la nature et l’agressivité de la tumeur cérébrale, les enfants subissent une intervention chirurgicale lourde. L’opération consiste à prélever un morceau de tumeur dans leur cerveau à des fins d’analyse. « En couplant une IRM et la Tomographie par Émission de Positron  (TEP) on devrait pouvoir définir non seulement l’extension de la tumeur, sa localisation mais aussi sa nature histologique ! Cet examen radiologique est très peu invasif et éviterait aux enfants une opération au cerveau avec des séquelles potentielles. Une fois la tumeur analysée le traitement peut être fait par chimiothérapie ou rayons. Ce qui fait que beaucoup d’enfants n’auront pas à subir d’opération au cerveau» s’enthousiasme le Dr Pierre Aurélien Beuriat.
Le budget total de l’étude est de l’ordre de 55 000 euros. Le projet a déjà reçu un premier financement de 27 000 euros de la part de la Fondation des Hospices Civils de Lyon et plus de 10 000€ de dons ont été recueillis sur la plateforme de crowfunding dédiée à la recherche sur les maladies rares. https://thellie.org/tumeurs_enfants
Sur Thellie, chacun peut soutenir des projets de recherche proposés directement par des chercheurs. 100% des dons sont reversés aux chercheurs. Tous les donateurs peuvent bénéficier d’une déduction d’impôt de l’ordre de 66 % du montant de leur don !
Les explications vidéo du Dr Pierre Aurélien Beuriat

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.