Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un 2ème Petscan en Lorraine

En 2006, le Service de Médecine Nucléaire du CHR de Metz-Thionville a fait l'acquisition d'un Petscan, le deuxième en Lorraine après Nancy. D'un coût total de 3,05 millions d'euros, le Petscan a été financé à hauteur de 66% par le Conseil Régional et le Conseil Général, de 24% par le CHR et de10% par la ligue contre le cancer. Des aménagements ont été nécessaires à son installation ; les travaux d'un montant de 840 000 euros ont été entièrement pris en charge par le CHR. 1 500 actes par an devront être réalisés pour rentabiliser cet investissement.

En 2006, le Service de Médecine Nucléaire du CHR de Metz-Thionville a fait l’acquisition d’un Petscan, le deuxième en Lorraine après Nancy. D’un coût total de 3,05 millions d’euros, le Petscan a été financé à hauteur de 66% par le Conseil Régional et le Conseil Général, de 24% par le CHR et de10% par la ligue contre le cancer. Des aménagements ont été nécessaires à son installation ; les travaux d’un montant de 840 000 euros ont été entièrement pris en charge par le CHR. 1 500 actes par an devront être réalisés pour rentabiliser cet investissement.

La Tomographie par Emission de Positons couplée au Scanner constitue une avancée considérable dans la prise en charge et le traitement des cancers. Diagnostiqués mieux et plus tôt, ils seront soignés plus efficacement tout en préservant le confort du malade.

Déroulement de l’examen
Le radioélément est injecté au patient, à jeun et au repos complet. L’examen commence environ une heure après. Le patient est allongé sur un plan coulissant centré dans un anneau cylindrique constituant le Petscan (gamma-caméra+scanner). L’enregistrement des rayonnements radioactifs permet de restituer des images qui subissent ensuite un traitement informatique. On obtient des visuels en couleurs et en trois dimensions qui donneront une idée de la consommation en glucose des organes étudiés. On sait que les cellules cancéreuses sont de plus grandes consommatrices de glucose que les cellules bénignes. La réalisation de l’examen PET nécessite habituellement au moins 3 heures. Cependant le patient n’est positionné sous la machine qu’entre 30 et 40 minutes..

Le petscan, un plus pour le diagnostic et l’évaluation du traitement contre le cancer. Grâce à ce nouvel équipement, les équipes pourront mesurer l’étendue de la pathologie, délimiter précisément les cibles à irradier, évaluer l’efficacité d’un traitement, identifier l’existence d’un éventuel foyer résiduel après traitement, détecter précocement les récidives, mieux différencier les tumeurs malignes des tumeurs bénignes et affiner la chimiothérapie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”