Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un centre régional pour les soins palliatifs

Ce centre remplit une triple mission : coordonner les trois unités mobiles de soins palliatifs, mettre à la disposition des personnes atteintes d'une maladie évolutive et mortelle et de leurs proches un espace public d'accompagnement et développer un enseignement sur les soins palliatifs.

Ce centre remplit une triple mission : coordonner les trois unités mobiles de soins palliatifs, mettre à la disposition des personnes atteintes d’une maladie évolutive et mortelle et de leurs proches un espace public d’accompagnement et développer un enseignement sur les soins palliatifs.

Dès 1995, le Centre hospitalier universitaire de Bordeaux a ouvert une unité de soins palliatifs sur le site de l’hôpital Saint-André et mit en place une équipe mobile intra-hospitalière et de consultations externes « analgésie et soins palliatifs ».

Ce nouveau pôle de compétence avait pour vocation d’accueillir et de traiter les personnes atteintes de souffrances intenses et complexes liées à une maladie évolutive et mortelle (dans 90% des pathologies cancéreuses).

Deux autres équipes mobiles ont ensuite complété le dispositif :
– une extra-hospitalière pour la communauté urbaine de Bordeaux, chargée d’améliorer les retours, le maintien et la prise en charge des urgences à domicile,
– une autre régionale, participant à la création et à la coordination d’un réseau Aquitain.

Ces projets ont rendu nécessaires l’ouverture d’un lieu de référence : le centre régional d’accompagnement et de soins palliatifs à l’hôpital Xavier Arnozan.

Inauguré le 13 novembre 2003, le centre accueille les trois équipes mobiles de soins palliatifs (CHU, régionale et domicile). L’objectif est de mettre à la disposition des patients en fin de vie et de leurs proches un espace public d’accompagnement dont les missions ne sont plus l’hospitalisation mais l’accueil (hospitalité), la transversalité, la coordination et l’enseignement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.