Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Neurosciences : apprendre à gérer ses émotions par la médiation de l’art et de la technologie

Apprendre ou réapprendre aux adultes comme aux enfants, à réguler leurs émotions en offrant une représentation visuelle de leur état émotionnel, représentation sur laquelle ils peuvent interagir en temps réel. Telle est la finalité du dispositif casque-écran imaginée par Damien Gabriel, ingénieur de recherche au CHU de CHU de Besançon, et Guillaume Bertrand, artiste numérique. Mêlant art et neurosciences, cette médiation originale permet de visualiser ses émotions pour apprendre à les gérer. L'initiative été récompensée par un accessit du prix Marina Picasso par la fondation suisse AEMD(1), qui distingue les outils cliniques innovants et accompagne des projets mettant la gestion des émotions au cœur de leur conception. Le projet est en cours de développement.

Apprendre ou réapprendre aux adultes comme aux enfants, à réguler leurs émotions en offrant une représentation visuelle de leur état émotionnel, représentation sur laquelle ils peuvent interagir en temps réel. Telle est la finalité du dispositif casque-écran imaginée par Damien Gabriel, ingénieur de recherche au CHU de CHU de Besançon, et Guillaume Bertrand, artiste numérique. Mêlant art et neurosciences, cette médiation originale permet de visualiser ses émotions pour apprendre à les gérer. L’initiative été récompensée par un accessit du prix Marina Picasso par la fondation suisse AEMD(1), qui distingue les outils cliniques innovants et accompagne des projets mettant la gestion des émotions au cœur de leur conception. Le projet est en cours de développement.
Des bulles vertes révélatrices
Concrètement, un casque d’électroencéphalographie est installé sur la tête du sujet et mesure son activité cérébrale. Sur l’écran, s’affichent une multitude de bulles vertes qui s’agitent et se déplacent, révélant au patient son état émotionnel. Le participant est alors invité à ressentir une émotion précise pour parvenir à déplacer les bulles dans une zone déterminée de l’écran.  Le processus d’apprentissage est enclenché, l’objectif étant, à terme, que cette régulation puisse se faire sans recourir au dispositif.
Les prochaines étapes du projet
La mise en place de l’interface artistique de contrôle des émotions par la pensée a nécessité l’interaction d’artistes et de scientifiques provenant de domaines variés tels que l’informatique, les mathématiques, la psychologie, et l’ingénierie. Ces nombreuses collaborations ont rendu possible la création d’une représentation artistique des émotions qui soit utilisable en pratique clinique.
Le recours à la plateforme de neuroimagerie fonctionnelle Neuraxess (2) permettra d’affiner le projet en déterminant la technique d’enregistrement la plus adaptée à la mesure des émotions. Le centre d’investigation clinique du CHU (Inserm CIC 1431) évaluera plus finement l’efficacité du dispositif, sur patients et en population saine dans le cadre de projets de recherche clinique.
De nombreuses perspectives
Si de nombreuses applications potentielles sont à terme envisageables, deux applications principales du dispositif sont envisagées à l’heure actuelle :
La première concerne les troubles mentaux. Le dispositif, mis à disposition des cliniciens, offrirait en effet une méthode alternative aux traitements pharmacologiques pour traiter les troubles mentaux liés à des déficits de régulation émotionnelle.
La seconde concerne l’étude de la régulation émotionnelle en milieu scolaire, notamment pour aider les adolescents à mieux gérer leurs émotions.
Ce projet a vu le jour dans le cadre de l’appel à projets "artistiques" 2018 initié par le service Sciences, Arts et Culture de l’université de Franche-Comté et la Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne Franche-Comté. Il est conduit en collaboration étroite avec le laboratoire de neurosciences intégratives et cliniques (EA 481) de l’université de Franche-Comté.
1 : AEMD : Analyse Emo-comportementale Méthode Démann
2 : CHU de Besançon et université de Franche-Comté

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”