Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un gait trainer pour la rééducation des cérébro-lésés.

Depuis le début de l'année, le service de médecine physique et de réadaptation placé sous la responsabilité du Pr Jean-Yves Salle dispose d'un « gait trainer », nouvel appareil de rééducation de marche pour les cérébro-lésés. L'hôpital Jean Rebeyrol est à ce jour le seul à disposer d'un appareil de ce type en Limousin.

Depuis le début de l’année, le service de médecine physique et de réadaptation placé sous la responsabilité du Pr Jean-Yves Salle dispose d’un « gait trainer », nouvel appareil de rééducation de marche pour les cérébro-lésés. L’hôpital Jean Rebeyrol est à ce jour le seul à disposer d’un appareil de ce type en Limousin.

Cet équipement a été acquis dans le cadre d’un Programme Hospitalier de Recherche Clinique (PHRC) national promu par le CHU de Rennes dont le but est d’évaluer le bénéfice apporté par la locomotion répétitive comparée aux méthodes classiques de rééducation chez l’hémiplégique vasculaire.

Appareil de rééducation de la marche pour les cérébro-lésés, il permet au patient un entraînement répété en simulation de marche par une suspension allégée du poids du corps ; des exercices et une technique qui doivent déboucher sur une amélioration de la vitesse de marche, de l’endurance et de la durée de la phase d’appui.

Le recours à ce moyen de rééducation a donc pour objectif de développer un apprentissage moteur basé sur un entraînement, et s’inscrit dans les évolutions actuelles de la rééducation qui favorisent « la pratique orientée vers la tâche ».

A noter que les patients bénéficiant du gait trainer doivent remplir certaines conditions, et notamment une possibilité de mise en charge satisfaisante et l’absence de contre-indication cardiovasculaire (hypotension, phlébite, insuffisance coronarienne aiguë…). Une bonne compréhension des raisons et de l’utilité de cet entraînement par le patient est aussi un préalable à son utilisation.

Le service de médecine physique et de réadaptation du CHU de Limoges présentera le 1er juin 2007, lors de la « journée régionale de rééducation » organisée à la faculté de médecine de Limoges, l’intérêt du recours à un gait trainer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.