Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un réseau rhônalpin pour les troubles du comportement alimentaire

Les troubles du comportement alimentaires (TCA)* sont en constante augmentation et concernent aujourd'hui près de 10% des adolescents, en majorité des filles. Des chiffres récents confirment une apparition de plus en plus précoce de ces troubles, dès l'âge de 10 ans. Il s'agit d'une pathologie complexe, sur le plan personnel, familial mais aussi économique.

Les troubles du comportement alimentaires (TCA)* sont en constante augmentation et concernent aujourd’hui près de 10% des adolescents, en majorité des filles. Des chiffres récents confirment une apparition de plus en plus précoce de ces troubles, dès l’âge de 10 ans. Il s’agit d’une pathologie complexe, sur le plan personnel, familial mais aussi économique.

L’unité des troubles du comportement alimentaire du CHU de Saint-Etienne, dont le Pr François Lang est le chef de service et le Dr Guy Carrot est le médecin responsable, collabore depuis des années avec le service d’endocrinologie du Pr B Estour et le service de Pédiatrie B animée par le Dr O Richard. Elle est reconnue comme un centre de référence en Rhône-Alpes. C’est à ce titre que l’unité TCA a initié en 2006 un groupe de travail qui a permis la constitution en mai 2007 d’un réseau régional des TCA regroupant les huit départements de la région Rhône-Alpes.

« Ce réseau a été organisé à partir des centres recours, nous explique le Pr François Lang, car ils rencontrent les mêmes difficultés de coordination des soins et d’orientation des patients ». Les psychiatres et les endocrinologues se sentent « isolés dans cette pathologie » précise également le Pr Bruno Estour, chef du service d’Endocrinologie. Les médecins généralistes, qui sont en première ligne, et les pédiatres sont tout aussi démunis. L’objectif du réseau est donc avant tout de rendre l’accès aux soins plus lisible et plus rapide.

Le réseau a pour ambition d’améliorer la prise en charge des personnes présentant des TCA et, au-delà, de favoriser le dépistage précoce afin d’éviter la chronicité de ces pathologies lourdes qui nécessitent trois ou quatre ans de suivi. Dans un esprit de complémentarité, le réseau intègrera l’ensemble des intervenants des secteurs sanitaires, social et scolaire concernés.

Une compétence reconnue et développée
C’est un défi auquel la Fondation de France** a voulu s’associer en attribuant en 2007 une subvention de 44 000 € afin d’aider à la mise en place de ce réseau, un des premiers réseaux régionaux en France dédié aux TCA !
De longue date, la Fondation de France a toujours soutenu les psychiatres s’occupant des pathologies « oubliées » dont les TCA. Elle s’est tournée particulièrement vers la souffrance des adolescents et a créé le programme Santé des jeunes pour apporter des réponses adaptées aux besoins particuliers de cette population.
Le réseau rhônalpin des TCA, désormais doté du label de reconnaissance de la Fondation de France, devrait être complété d’ici fin 2008, voire début 2009, par la création au CHU de Saint-Etienne d’un Centre d’Investigation des TCA. Cette nouvelle étape sera une grande avancée en matière de lisibilité de l’offre de soins. « Le patient passera d’un parcours semé d’embûches à un parcours fléché », confie le Pr François Lang. Le patient obtiendra ainsi une réponse plus rapide car mieux coordonnée et pourra bénéficier d’une prise en charge pluridisciplinaire dans un même lieu.

*Les TCA sont des perturbations graves du comportement alimentaire qui comprennent deux syndromes spécifiques :
la boulimie : consommation exagérée, rapide et impulsive de nourriture excessive, avec répétition de ces crises, accompagnée d’un sentiment de culpabilité.
l’anorexie restriction volontaire de l’alimentation avec trouble de l’image du corps.

**Depuis 40 ans, la Fondation de France aide les personnes en difficulté en soutenant des projets concrets et innovants.
En 2007, en région Rhône-Alpes, elle a soutenu 614 projets pour un montant de 5,5 millions d’euros, dont 61 projets dans la Loire, pour 410 566 €.
Le programme Santé des jeunes a soutenu 18 projets sur la délégation Rhône-Alpes pour 130 560 €, dont 8 projets sur le département de la Loire, pour 69 772 €.
Pour en savoir plus : www.fondationdefrance.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.