Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une filière institutionnalisée pour les enfants handicapés

« Conjuguer proximité et expertise en une filière de soins accueillant des enfants souffrant de désordres moteurs et cognitifs » tel est l'enjeu de la convention cadre signée le 13 janvier 2010 entre le CHU de Nîmes et l'Institut Saint Pierre de Palavas-les-flots. L'accord entérine les collaborations développées par les équipes médicales autour des consultations et des recherches en Médecine Physique et Réadaptation et Pédiatrie.

« Conjuguer proximité et expertise en une filière de soins accueillant des enfants souffrant de désordres moteurs et cognitifs » tel est l’enjeu de la convention cadre signée le 13 janvier 2010 entre le CHU de Nîmes et l’Institut Saint Pierre de Palavas-les-flots. L’accord entérine les collaborations développées par les équipes médicales autour des consultations et des recherches en Médecine Physique et Réadaptation et Pédiatrie.

Dans ce cadre, la consultation spécialisée dans les déficiences motrices et leur traitement se présente à la fois comme une visite de proximité et un examen hautement spécialisé. Dans le domaine de la recherche, l’équipe du CHU étudie la déficience motrice (équipe labellisée « Movement to Health » ou M2H) et peut contribuer au développement d’une recherche institutionnalisée au sein de l’Institut Saint Pierre en l’inscrivant dans le projet régional et européen « Euromove » (7.5 M€).

Depuis plusieurs années, les équipes ont développé une expertise autour de la problématique du positionnement au fauteuil de l’enfant polyhandicapé et de sa mobilité. D’une manière plus générale, les échanges de temps médical entre les deux structures font émerger des compétences communes et contribuent à la promotion d’un projet médical commun et partagé.

Une filière qui intègre les différents niveaux de soins
Les activités du CHU de Nîmes et celles de l’Institut Saint Pierre s’inscrivent pleinement dans la démarche d’amélioration des prises en charge des patients en offrant les différents niveaux de gradation régionale : un rôle d’expertise, de recours et de référence exercé par un centre de référence universitaire régional en soins de suite et réadaptation (SSR) et un accueil de proximité.

Objet du partenariat
Le CHU de Nîmes et l’Institut Saint Pierre conviennent en conséquence de la nécessité de développer un véritable partenariat destiné à améliorer la filière de prise en charge des enfants et adolescents.
La convention cadre porte sur l’ensemble des activités de soins, d’enseignement et de recherche pouvant faire l’objet d’une collaboration entre les deux établissements.
Elle sera complétée par des avenants qui définiront les modalités pratiques des diverses coopérations envisagées.

Le partenariat vise à maintenir et développer une activité sanitaire dans le domaine de la pédiatrie et à établir des filières de soins couvrant les domaines médecine, chirurgie, obstétrique et soins de suite et réadaptation.

Les parties s’engagent au respect de plusieurs conditions pour développer leur coopération :
– Qualité des indications de transferts à l’Institut Saint Pierre par les médecins spécialistes du C.H.U. de Nîmes et organisation des demandes de transferts vers l’Institut Saint Pierre. – En contrepartie, accueil des patients qui le justifient dans l’unité d’hospitalisation incomplète de rééducation et de réadaptation (SSR Enfants-Villa Terrone) du CHU de Nîmes.
– Développement d’échanges professionnels entre les équipes médicales des deux établissements dans le domaine de la consultation ou d’activités spécifiques ou innovantes.
– Participation des praticiens et équipes soignantes des deux établissements à des activités de promotion du soin et à la mise en oeuvre de projets de recherche en Médecine Physique et Réadaptation et Pédiatrie.
– Mise en place d’une démarche qualité et d’une évaluation

Domaines d’application
Rééducation Fonctionnelle : Orthopédie, traumatologie, Rééducation neurologique et post-neurochirurgicale, Rééducation sphinctérienne anorectale, Soins palliatifs.
Pédiatrie spécialisée : Diabète, Obésité, Asthme, Pathologies neuromusculaires et autres pathologies neurologiques, Cardiopathies, Soins périnatals.
Audiophonologie : Troubles du langage oral ou écrit spécifique ou associés, Surdité neuro-sensorielle.

Organisation des transferts
Les parties s’engagent à échanger par écrit (ou par téléphone confirmé par un courrier ou une télécopie) toutes les informations nécessaires afin d’assurer la continuité des soins et répondre ainsi favorablement à la prise en charge globale du patient par les deux structures.

Evaluation de la convention
Les données chiffrées issues de ce système seront exploitées au moins une fois par an lors d’une réunion du comité de suivi, constitué au minimum, pour chaque établissement par le Directeur ou son représentant, le Président de la CME ou son représentant, les chefs des services concernés, un médecin DIM.

L’Institut Saint-Pierre de Palavas-les-flots en chiffres
– 111 lits d’hospitalisation
– 54 places (hospitalisation de jour)
– 250 salariés
– environ 30 bénévoles
– 1 434 entrées en hospitalisation complète générant 18 064 journées
– 25 000 journées en hospitalisation de jour
– Budget annuel : 15,5 millions d’euros
L’Institut Saint-Pierre de Palavas-les-flots est un établissement hospitalier privé à but non lucratif est géré par une association, l’Oeuvre Montpelliéraine des Enfants à la Mer (OMEM).

Le département de médecine physique et réadaptation fonction du CHU de Nîmes en chiffres
– 230 lits d’hospitalisation sur les sites de Carémeau et du Grau du Roi
– 36 places d’hospitalisation de jour dont 8 pour enfants et adolescents situé sur le site de l’hôpital universitaire Carémeau à la Villa Terrone
– 2 805 patients hospitalisés dont 25 en Hospitalisation Incomplète de MPR enfants et adolescents
– 397 consultations de MPR pour enfants et adolescents en 2008 pour 3 139 consultants pour l’ensemble de la MPR. Cette activité est en forte croissance : 464 au 1er octobre 2009.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”