Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Myopathie : une nouvelle forme identifiée à Nice

Pour la 1ère fois, une combinaison de deux anomalies génétiques est décrite comme origine d’une dystrophie musculaire. Dans la prestigieuse revue «Nature Genetics», une équipe de recherche internationale composée notamment de chercheurs l’Université de Leiden (Pays-Bas) et de l’Université et du CHU de Nice (France) a découvert une nouvelle cause génétique de la Dystrophie musculaire Facio-Scapulo-Humérale (DMFSHD) : la combinaison de deux facteurs génétiques. « Un principe qui s’applique probablement à d’autres maladies » précisent les chercheurs.

Pour la 1ère fois, une combinaison de deux anomalies génétiques est décrite comme origine d’une dystrophie musculaire. Dans la prestigieuse revue «Nature Genetics», une équipe de recherche internationale composée notamment de chercheurs l’Université de Leiden (Pays-Bas) et de l’Université et du CHU de Nice (France) a découvert une nouvelle cause génétique de la Dystrophie musculaire Facio-Scapulo-Humérale (DMFSHD) : la combinaison de deux facteurs génétiques. « Un principe qui s’applique probablement à d’autres maladies » précisent les chercheurs.
La dystrophie musculaire facio-scapulo humérale a longtemps  été considérée comme une maladie génétique « comme les autres » mais depuis peu un type 1 et un type 2 ont été identifiés posant la question de la différence génétique entre les deux. « Alors que la DMFSH était reconnue globalement comme étant associée à une mutation bien caractéristique au niveau du chromosome 4 (type 1), on était incapable de retrouver cette anomalie chez certains patients (type 2) dont l’origine restait inconnue et ce qui ne permettait pas de les inclure dans des essais cliniques d’une part ni de renseigner sur les risques de transmission de la maladie à la descendance » explique le Dr Sabrina Sacconi neurologue et chercheur au CHU de Nice dans l’équipe du Pr Claude Desnuelle (Centre de Référence Maladies Neuromusculaires).

L’étude a portée sur 15 familles dans le monde dont 12 sont connues au CHU de Nice. Grâce à ces dernières, le Dr Sacconi a réussi à élucider les causes génétiques de cette pathologie de type 2.

Ce que les chercheurs ont découvert est unique et devrait profiter aux personnes atteintes de cette forme de myopathie et d’autres maladies également. « Il faut la présence de 2 anomalies génétiques pour que cette maladie se développe. Ce qui permet de comprendre comment des enfants dont les parents sont parfaitement sains, puisqu’ils ne sont porteurs que d’une anomalie, peuvent développer ce type de dystrophie musculaire » continue les chercheurs. Cependant, des interrogations subsistent : « on ne sait pas aujourd’hui pourquoi, dans ces familles, certains individus deviennent lourdement handicapés alors que d’autres ne développent pas de manifestation emmenant à consulter, alors qu’ils ont la même combinaison de variants ».

Le Centre de Référence Maladies Rares du CHU de Nice est ouvert à toute personne atteinte de DMFSH car « la mise en évidence des anomalies génétiques récemment identifiées devrait permettre d’inclure ces patients dans les essais cliniques jusqu’à présent réservés aux patients atteints de l’autre forme,». Le Centre a déjà réalisé une étude de tolérance d’une thérapie cellulaire dans cette affection.

La dystrophie musculaire facio-scapulo humérale ou DMFSH est la 2e myopathie la plus fréquente chez l’adulte, avec 500 000 personnes atteintes dans le monde. Dans la majorité des cas, le premier symptôme apparaît autour de 20 ans, plus rarement dès l’enfance. Lentement évolutive, la maladie affecte, de façon sélective, certains muscles, notamment ceux de la face, des épaules et de la partie supérieure des bras, parfois ceux des membres inférieurs. A terme, la DMFSH peut être très invalidante puisque les patients ne peuvent plus lever les bras et éprouvent parfois des difficultés à se déplacer : 20 % doivent recourir à un fauteuil roulant. Aucune thérapeutique curative n’est encore disponible à ce jour.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”