Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une prostatectomie pratiquée à Limoges est projetée à Hambourg

Au CHU de Limoges, une prostatectomie (ablation de la prostate) a été réalisée sous coelioscopie avec un nouveau bistouri. Mais au-delà de la technicité de cette pratique chirurgicale, cette opération était retransmise dans l'amphithéâtre du centre de formation chirurgicale de Hambourg, devant 300 chirurgiens européens.

Au CHU de Limoges, une prostatectomie (ablation de la prostate) a été réalisée sous coelioscopie avec un nouveau bistouri.
Mais au-delà de la technicité de cette pratique chirurgicale, cette opération était retransmise dans l’amphithéâtre du centre de formation chirurgicale de Hambourg, devant 300 chirurgiens européens.

Cette opération s’est déroulée le vendredi 22 avril dans le service de chirurgie urologique du CHU de Limoges. Menée sous coelioscopie, et retransmise en Allemagne par vidéotransmission, cette opération a permis aux chirurgiens qui ont suivi les gestes du docteur Paulhac durant deux heures et quart de mesurer l’intérêt de ce nouveau bistouri, déjà testé à Limoges quelques jours plus tôt.
Le service de chirurgie urologique du CHU de Limoges compte près d’une centaine d’interventions chirurgicales sous coelioscopie. Une coelioscopie consiste à visualiser le contenu de la cavité abdominale au moyen d’une caméra montée sur un endoscope, le coelioscope.

Encouragé par les professeurs Colombeau et Dumas, le docteur Paulhac s’est orienté depuis plusieurs années vers cette technique beaucoup moins invasive que la chirurgie traditionnelle. Il explique que la chirurgie sous coélioscopie est beaucoup moins traumatisante que la chirurgie classique, puisqu’elle permet de pratiquer des incisions de la paroi abdominale beaucoup plus petite qu’une intervention chirurgicale classique.

Ce type d’intervention reste néanmoins complexe, mais au final, le patient y gagne en confort, souffre moins et peut quitter l’hôpital plus rapidement. Le geste du chirurgien est également plus précis. Beaucoup d’avantages qui ont conforté les professionnels du CHU de Limoges dans leur choix d’avoir recours à ce type d’intervention. On estime d’ailleurs que prés d’un quart des patients qui devront subir une intervention chirurgicale pourront bénéficier de cette nouvelle technique, aujourd’hui en bonne voie pour devenir la chirurgie de demain.

Comment se déroule un examen ?

La coelioscopie relève de la chirurgie et nécessite une anesthésie générale. Le chirurgien pratique une petite incision près du nombril par laquelle il introduit l’endoscope. Il pique ensuite la paroi abdominale à l’aide d’une aiguille par laquelle il insuffle du gaz pour distendre le ventre.
Pour une intervention chirurgicale, le chirurgien pratique d’autres petites incisions dans le bas-ventre par lesquelles il peut introduire des instruments chirurgicaux dits de « coeliochirurgie » (pince, bistouri, ciseaux). Le chirurgien peut suivre ses mouvements sur un écran de contrôle. Ce type d’intervention dure en moyenne deux heures et demi.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”