Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Victimes de violences sexuelles et de maltraitances

Quelles réponses aujourd'hui ?
Tel sera le thème du colloque organisé les 7 et 8 novembre 2002 par le Pôle de Référence Régional pour les victimes de violences sexuelles et de maltraitances en collaboration avec le Centre de Formation des Professionnels de Santé (CFPS) du CHU.

Dans le cadre de ses missions régionales, le Pôle de Référence Régional pour les victimes de violences sexuelles et de maltraitances organise, les 7 et 8 novembre 2002, un colloque sur le thème « Victimes de violences sexuelles et de maltraitances : quelles réponses aujourd’hui ? » en collaboration avec le Centre de Formation des Professionnels de Santé (CFPS) du CHU.

Ce colloque s’adresse principalement aux professionnels confrontés dans l’exercice de leur activité aux problèmes de violences sexuelles et de maltraitances.

Les différents intervenants du secteur médical, judiciaire, social et associatif, auront pour objectif de sensibiliser les participants à la prise en charge spécifique de ces victimes en identifiant les différents types de maltraitances, ainsi que leurs modalités thérapeutiques, et en informant sur la législation en vigueur et les responsabilités de chacun dans ce domaine.

Le Pôle de Référence Régional pour les victimes de violences sexuelles et de maltraitances

Le Pôle compte désormais deux années d’existence. Il a reçu à ce jour plus de 300 victimes, enfants et adultes confondus, sur demande spontanée et sur réquisition des autorités de police judiciaire.

Par ailleurs, le Pôle propose désormais une prise en charge plus exhaustive, qui outre le volet somatique placé sous la responsabilité de deux médecins-experts chefs de service, le Pr. Jacquetin et le Dr. Scheyé, inclut plus largement les volets psychologique et pédopsychiatrique.


Pour tous renseignements sur le Pôle :

Pôle Régional de Référence Violences Sexuelles
Pavillon Emile Roux – Hôtel-Dieu
32 avenue Vercingétorix
63000 Clermont-Ferrand
Tel : 0800 622 648. (pour les victimes)


Sur les modalités d’inscription au colloque :

CFPS
58 rue Montalembert
B.P. 69
63003 Clermont-Ferrand Cedex 1
Tel : 04 73 751 255
E-mail : href= »mailto:cfps@chu-clermontferrand.fr »
http://www.chu-clermontferrand.fr/pages/chu_informe/congres/


Le colloque se déroulera au Grand amphithéâtre de L’Institut de Formation en Soins Infirmiers du CHU
1, Bd W.Churchill
63000 Clermont-Ferrand

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.