Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
1000e greffe de rein, 35 ans de prélèvement d'organes, 15 ans de soutien des associations. L'année 2010 est, à Besançon, pour tous les acteurs de la transplantation d'organes, une année qu'il convenait de célébrer : c'est en effet l'année de la 1 000e greffes de rein, du 35e anniversaire du début des prélèvements d'organes et le 15e anniversaire de la collaboration avec les associations.

Un peu d’histoire :
C’est le 30 octobre 1974 qu’a eu lieu, en Franche-Comté, la 1re greffe rénale.
Elle était l’aboutissement d’une longue évolution commencée en 1969 avec la création d’un centre régional d’hémodialyse par le Pr Claude Perol, dans le service du Pr Lecomte des Floris. Le CHU de Besançon devenait l’un des 7 CHU disposant d’une unité d’hémodialyse.

Elle a été rendue possible par le combat de personnes qui ont crée l’université de Franche-Comté et le CHU :
– le président Edgar Faure qui par son implication dans la réforme a permis, en 1967, la transformation de l’école de médecine de Besançon en Faculté de Médecine de plein exercice.
-Jean Minjoz, qui fut ministre, maire de Besançon et président de la fédération hospitalière de France et mit gracieusement à disposition de la nouvelle faculté de médecine de plein exercice les locaux de l’Arsenal ; geste qui fut fondamental pour l’essor de la médecine en Franche-Comté.
– le doyen Pierre Magnin qui par sa compétence et ses relations a su donner un rayonnement national à la faculté et la rendre ainsi attractive.
– le Pr André Peters qui permit d’obtenir un centre de transfusion digne de sa mission régionale, puis un laboratoire d’histocompatibilité.
– Mr Gilbert Ceugnart directeur général du centre hospitalier, et l’ensemble du personnel hospitalier apportèrent un soutien précieux à cette évolution.
Le prélèvement et la transplantation s’intégraient dans une réflexion nationale, sur les questions éthiques qu’ils soulèvent et qui trouva son aboutissement dans la loi Caillavet du 1976, qui fut la première de nos lois de bioéthique.

Tout ceci a permis aux équipes bisontines de pratiquer, le 11 juin 2010, la 1000e greffe rénale.

Pour célébrer cette 1 000e greffe, une soirée anniversaire s’est déroulée le 10 septembre à la CCI du Doubs. Temps fort de la manifestation, la conférence sur l’avenir des greffes. Les Drs Benoît Averland, directeur nord est direction opérationnelle du prélèvement et de la greffe, Agence de la biomédecine, Régis Aubry, président de l’Observatoire de la fin de vie, et Mr Pierre Le Coz, vice-président du comité consultatif national d’éthique, ont évoqué les questions que soulèvent la révision des lois de bioéthiques, les avancées médicales et le besoin croissant d’organes.

Quelques chiffres :

Aujourd’hui, la Franche-Comté compte 560 dialysés, 318 candidats en attente de greffe rénale et 540 personnes vivant avec un greffon fonctionnel.
La durée de vie nationale moyenne d’un greffon est de 13 ans, une franc-comtoise bénéficie d’un greffon fonctionnel (donneur vivant) depuis 35 ans.
Sur les 1000° patients greffés au CHU depuis 1974, plus de la moitié vivent avec leur greffon.

35 ans de soutien des associations
Cette soirée anniversaire précédait la 15° manifestation annuelle « Les boucles du don » qui se tenait le dimanche 12 septembre. Organisée par des bénévoles, cette manifestation réunissait comme chaque année plus de 1 000 participants. Cyclistes, rollers, joggers, marcheurs, cavaliers ont contribué à informer et sensibiliser le public sur le don d’organes. Cette édition était parrainée par le Professeur Michel Bittard, chirurgien ayant réalisé la 1re greffe de rein au CHU de Besançon et l’équipe de Hand-ball de l’Entente sportive bisontine féminine.
C’est grâce à cette forte et constante mobilisation aux cotés de la cellule de coordination des greffes du CHU, que le taux d’accord pour prélèvement en Franche-Comté est supérieur à la moyenne nationale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”