Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1er prix de la recherche clinique de la CHT du Sillon lorrain

Le Pr Olivier Morel, chef du pôle Gynécologie-Obstétrique du CHRU de Nancy et le Dr Marie-Laure Eszto-Cambon du CHR Metz-Thionville ont reçu le Prix 2015 de la Recherche clinique de la Communauté Hospitalière de Territoire du Sillon lorrain, le 17 novembre 2015 à Metz, pour le projet de recherche HOPE (HexafluOrure Placentaire en Echographie).

Le Pr Olivier Morel, chef du pôle Gynécologie-Obstétrique du CHRU de Nancy et le Dr Marie-Laure Eszto-Cambon du CHR Metz-Thionville ont reçu le Prix 2015 de la Recherche clinique de la Communauté Hospitalière de Territoire du Sillon lorrain, le 17 novembre 2015 à Metz, pour le projet de recherche HOPE (HexafluOrure Placentaire en Echographie).
Le prix de 40 000 €, financé à part égale par les deux établissements hospitaliers, porte sur la mise au point d’une technique échographique d’évaluation de la perfusion sanguine placentaire. L’objectif est d’améliorer la détection et la prise en charge des pathologies placentaires, en particulier celles responsables de la pré-éclampsie et du retard de croissance intra utérin qui affectent 4 à 7% des grossesses. La recherche aidera aussi mieux comprendre le fonctionnement du placenta aux tous premiers stades de la grossesse.
Les lauréats ont été choisis par une commission de sélection rassemblant des médecins du CHRU et du CHR, après avis d’experts nationaux et/ou internationaux. Cette première édition du Prix de la Recherche Clinique de la CHT sera renouvelée l’année prochaine.
La création de ce trophée marque la volonté des hôpitaux lorrains de coordonner des travaux et des investissements au bénéfice de la recherche médicale. Elle témoigne aussi du dynamisme de leurs équipes de recherche engagées dans un travail en réseau au service de de la santé des patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.