Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1er Toulouse, 2ème Lille, 3ème Bordeaux, 4ème Strasbourg, 5ème Montpellier

Ainsi se présente le haut du palmarès du Point sorti le 23 août 2012. Cette seizième édition classe les hôpitaux et cliniques en fonction de leurs scores obtenus dans 63 spécialités médicales et chirurgicales.

Ainsi se présente le haut du palmarès du Point sorti le 23 août 2012. Cette seizième édition classe les hôpitaux et cliniques en fonction de leurs scores obtenus dans 63 spécialités médicales et chirurgicales.
La fierté du CHU de Toulouse, qui arrive pour la dixième fois en tête du classement, se retouve dans la double page que la Dépêche du Midi du 25 août 2012 consacre à l’événement. Ce classement est "un bel hommage rendu au professionnalisme des équipes" à déclaré la direction de l’établissement au journaliste Philippe Rioux. Jean-Jacques Romatet, directeur général, précise que le CHU se retrouve aux meilleures places dans les disciplines où il conduit une importante recherche. D’où l’intérêt de ne "pas opposer soin et recherche car l’innovation d’aujourd’hui, c’est les soins de demain".
Pour le journaliste, cette confirmation année après année de l’excellence du CHU "s’inscrit dans la longue histoire de plus de huit siècles de médecine dans la Ville rose, bien sûr, mais elle illustre surtout le dynamisme d’un des plus gros CHU de France, quatrième en terme d’activité dont le rayonnement dépasse la simple métropole régionale pour s’étendre (…) aux régions limitrophes ainsi que vers l’étranger". Il rappelle également que le CHU de Toulouse est l’établissement de référence " de quelque 150 établissements publics et privés du Midi-Pyrénées.

Sur la 3ème place du podium des meilleurs hôpitaux publics de France,  le CHU de Bordeaux rappelle dans un communiqué les excellents résultats de ses équipes arrivées premières dans 5 spécialités : chirurgie de la colonne vertébrale, leucémie, stimulateurs cardiaques, épilepsie et chirurgie du colon.  L’établissement précise aussi que 19 de ses services se retrouvent entre la 2nde et la 5ème place.
Cité 10 fois parmi les 10 meilleurs établissements, le CHU de Dijon – 17ème au classement général – gagne 4 places sur le palmarès 2011. Un très bon résultat, le meilleur sur les quatre dernières années, se félicite l’institution dans un communiqué. Dijon emporte la  tête du classement en chirurgie du glaucome.

Marseille : le grand absent
Pour la première fois depuis 1998, les quatre hôpitaux de l’assistance-publique de Marseille (AP-HM) sont absents, en dépit des très bons rangs obtenus auparavant. L’AP-HM ayant refusé de transmettre les données nécessaires a déploré Le Point dans une dépêche diffusée par l’AFP le 22 août.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.