Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

9 nouveaux robots chirurgicaux da Vinci® au sein des Hôpitaux de Paris

L'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) investit 52 millions d’euros sur 7 ans pour financer l’acquisition de 9 nouveaux robots chirurgicaux da Vinci Xi®, la formation des équipes, l’entretien de ces équipements de pointe ainsi que les consommables. L’AP-HP devient ainsi l’un des CHU européens les mieux équipés.

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (AP-HP) investit 52 millions d’euros sur 7 ans pour financer l’acquisition de 9 nouveaux robots chirurgicaux da Vinci Xi®, la formation des équipes, l’entretien de ces équipements de pointe ainsi que les consommables. L’AP-HP devient ainsi l’un des CHU européens les mieux équipés.
6 robots seront installés d’ici fin 2018 dans les hôpitaux Cochin, européen Georges-Pompidou, Henri-Mondor, Pitié-Salpêtrière, Robert-Debré et Tenon. 3 autres seront livrés début 2019 dans les hôpitaux Bicêtre, Bichat et Saint-Louis. Des équipes pluridisciplinaires dédiées composées notamment de chirurgiens, anesthésistes, infirmiers de bloc opératoire, instrumentistes, ingénieurs, pharmaciens de stérilisation… seront formées spécifiquement à l’utilisation de ces robots dans les semaines suivant leur installation. 
Avec un parc de 13 robots chirurgicaux, l’AP-HP représente désormais environ 10% du parc français et environ 30% de celui francilien.  Elle s’affirme ainsi en tant que leader de l’innovation chirurgicale et participe au rayonnement de la chirurgie hospitalo-universitaire française. 
L’acquisition de ces équipements dernière génération profitera aux patients et aux équipes. Levier d’attractivité auprès des chirurgiens et équipes des blocs, elle s’inscrit dans les missions de recherche d’un grand CHU. 
Ces équipements de pointe offrent aux équipes la possibilité de réaliser des interventions complexes de chirurgie ablative (exérèse d’une tumeur par exemple) ou reconstructive.
Ils permettront également de les mobiliser et fédérer autour d’un même projet : échanger sur les bonnes pratiques, succès et difficultés rencontrés ; réaliser et faire partager en temps réel des premières chirurgicales ;  mettre en place des programmes de recherche notamment en robotique, ainsi que des partenariats industriels et académiques.
Ils améliorent le confort des équipes de chirurgie pendant les interventions. Ils leur offrent notamment une meilleure vision en 3D de haute définition du champ opératoire grâce à un effet de grossissement ; une articulation des instruments à sept degrés de liberté et des mouvements intuitifs ; un contrôle de la caméra par l’opérateur et une position plus ergonomique ; la disparition du « fulcrum effect » ou effet levier au niveau des orifices de trocarts. 
L’existence d’une double console de travail permet également de proposer un enseignement de ces nouvelles techniques ou une collaboration de deux spécialités chirurgicales sur une même intervention.
Les patients bénéficient des ces nouvelles approches chirurgicales. Grâce à ces interventions moins invasives, ils récupèrent plus vite après l’intervention. Ils regagnent plus vite leur domicile, la douleur post-opératoire est allégée et des séquelles esthétiques moindres. 
Durant la première année d’exploitation, il est prévu de réaliser environ 1 600 interventions.  A terme, une fois que l’ensemble des équipes médicales et paramédicales aura été formé, 3 200 interventions seront envisagées chaque année.
Pour en savoir plus 3 vidéos en ligne
9 nouveaux robots chirurgicaux à l’AP-HP : ce qu’en pensent les professionnels

Chirurgie robotique à l’HEGP : interviews des Prs Lecuru et Mejean

Installation du nouveau robot chirurgical dans l’unité de chirurgie ambulatoire de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière le 8 novembre 2018

 

 

 

 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”