Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

C’est sur son compte X (ex-Twitter) que Michael Duruisseaux, oncopneumologue et vice-directeur de l’Institut de cancérologie aux Hospices Civils de Lyon, a rendu public le 8 septembre dernier ce qui s’apparente à une véritable prouesse dans l’univers des essais cliniques pharmaceutiques. Dans un tweet contenant données et graphique, est en effet présentée la prédiction de résultats d’un essai clinique sur un traitement pour le cancer du poumon (essai FLAURA2 de phase III d’AstraZeneca). Des résultats qui se sont révélés justes et qui ont été officiellement annoncés lors de la Conférence Mondiale sur le Cancer du Poumon, soit trois jours après le post du Dr Duruisseaux !

Les Hospices Civils affirment que ni eux ni la biotech Novasdiscovery, partenaire du CHU lyonnais sur cette prédiction, n’ont pas reçu « d’informations confidentielles d’AstraZeneca » et « n’ont collaboré en aucune manière avec la société pour cette simulation. » Mais alors, comment cette petite révolution a-t-elle été possible ? Le principe réside dans la conversion de l’ensemble des connaissances sur le cancer du poumon en équations. A ensuite été généré un modèle de cette maladie (dit de pharmacologie des systèmes) ainsi qu’une population de cinq mille patients numériques ou “virtuels”, afin de tester toute une série d’hypothèses. 

« Ces prédictions prospectives, totalement indépendantes et en aveugle, marquent un tournant pour la conception des essais cliniques. Pour cette simulation, nous aurions pu examiner potentiellement n’importe quel essai de phase III en utilisant la plateforme jinkō de Novasdiscovery. Cet effort de bonne fois démontre notre force technologique pour valider, étendre et accélérer les essais cliniques, ainsi que pour réduire les risques pour les participants et les coûts des essais cliniques.« , a déclaré François-Henri Boissel, Co-fondateur & PDG de Novadiscovery. 

Un gain de temps spectaculaire et des risques en moins 

Avec sa plateforme de simulation d’essai jinkō qu’elle fournit depuis 2022 aux entreprises biotechnologiques et pharmaceutiques, centres de recherche universitaires et hôpitaux universitaires, Novadiscovery a fait entrer l’IA dans les essais cliniques de manière spectaculaire. Le gain de temps, lui, est tout simplement énorme. Car là où l’essai d’AstraZeneca a été déployé sur trois années, la simulation a nécessité en tout et pour tout un mois de travail, pour un résultat identique. Quand on sait que certains traitements demandent des années, voire des décennies de développement, cette première marque peut-être un changement de paradigme dans la conception des essais cliniques pharmaceutiques. 

« Les travaux de simulation de cet essai de phase III ont révélé le potentiel des essais cliniques in silico pour redessiner le développement des médicaments. Des résultats comme ceux-ci, s’ils sont exploités avant le début des essais chez l’homme, permettront de recruter la population de patients la plus pertinente, d’optimiser la conception des essais et, en fin de compte, d’accélérer tout le développement thérapeutique dans notre espoir commun que le cancer devienne une maladie curable ou en tout cas traitée beaucoup plus efficacement« , poursuit Michaël Duruisseaux. 

Si l’IA offre la possibilité, grâce à des “bataillons” de patients numériques, d’être appliquée (y compris à d’autres maladies) en prenant moins de risques pour la santé humaine, cela ne signifie pas pour autant la fin des essais pharmaceutiques sur l’homme, qui restent indispensables. 

La rédaction avec les Hospices Civils de Lyon

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”