Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Accéder à ses résultats d’analyse en ligne, c’est maintenant avec l’AP-HP !

L’AP-HP expérimente, depuis le 4 septembre 2017 à l’hôpital Cochin (et bientôt à l’Hôtel-Dieu), le projet Glims-Cyberlab qui permet à tous les patients pris en charge dans ses centres de prélèvement de consulter en ligne leurs résultats de biologie médicale sur un serveur sécurisé.
L’AP-HP expérimente, depuis le 4 septembre 2017 à l’hôpital Cochin (et bientôt à l’Hôtel-Dieu), le projet Glims-Cyberlab qui permet à tous les patients pris en charge dans ses centres de prélèvement de consulter en ligne leurs résultats de biologie médicale sur un serveur sécurisé.  
Ce portail d’accès réservé aux patients et à leurs médecins prescripteurs sera également ouvert aux médecins de ville aux médecins partenaires de l’AP-HP à partir du 1er trimestre 2018.
Le projet Glims-Cyberlab vise, pour les patients externes, à simplifier et à dématérialiser l’envoi des résultats des prélèvements réalisés dans l’ensemble des laboratoires d’analyses médicales de l’AP-HP.

Un panel d’examens complet

Cet outil complète la mise en place à l’hôpital Cochin d’un centre de prélèvement, ouvert aux patients externes. Une offre de service simple, facile d’accès et rapide, équivalente voire supérieure à celle des laboratoires de ville, avec un panel d’examens réalisés dans les laboratoires spécialisés et accrédités par le Comité français d’accréditation (COFRAC).
Avec GLIMS-Cyberlab, tous les patients et médecins partenaires auront ainsi accès à l’offre des examens de biologie réalisés à l’AP-HP, de la routine aux examens les plus spécialisés et innovants. 
Le projet sera progressivement déployé à l’ensemble des hôpitaux de l’AP-HP, à commencer par les hôpitaux Ambroise-Paré, Berck, Raymond-Poincaré et Sainte-Périne (Hôpitaux Universitaires Paris Île-de-France Ouest).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.