Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Accréditation européenne pour le service d’hématologie

Depuis 2006, le service d'Hématologie adulte du CHU de Besançon et l'Etablissement français du sang Bourgogne-Franche-Comté travaillent en commun sur une démarche qualité européenne pour l'activité de thérapie cellulaire (allogreffe adulte et enfant et autogreffe adulte) appelée « JACIE ».

Depuis 2006, le service d’Hématologie adulte du CHU de Besançon et l’Etablissement français du sang Bourgogne-Franche-Comté travaillent en commun sur une démarche qualité européenne pour l’activité de thérapie cellulaire (allogreffe adulte et enfant et autogreffe adulte) appelée « JACIE ».

Une émulation concertée et suivie
Le service d’Hématologie adulte du CHU de Besançon et l’Etablissement français du sang Bourgogne-Franche-Comté ont partagé leur expérience avec les services de thérapie cellulaire des CHU de Lyon Debrousse (pédiatrie), de Saint-Etienne et de Grenoble. Ils ont organisé des formations communes et bénéficié de la contribution extérieure d’un laboratoire pharmaceutique (Roche). Enfin, une qualiticienne du CHU a accompagné leurs travaux et permis à la culture qualité de prendre racine dans leur organisation.

L’inspection réalisée les 1 et 2 août 2007 par 3 inspecteurs européens a été suivie d’un rapport reçu en décembre 2007. Après les réajustements souhaités par le comité européen, le dossier corrigé a été transmis en avril 2008 et l’accréditation finale a été accordée le 23 juin 2008, pour une durée de 3 ans.

Parmi les exigences « JACIE » on trouve notamment
– L’écriture de procédures et protocoles médicaux et soignants spécifiques à tous les processus de greffe hématopoïétique (gestion documentaire de plus de 300 documents).
– La gestion de l’information et de la traçabilité des consentements éclairés des donneurs et des receveurs.
– La formation continue spécifique des personnels médicaux et para-médicaux.
– Le signalement de toutes les anomalies et évènements indésirables relatifs à la procédure de greffe (circuit des donneurs et receveurs).
– Les audits de pratiques visant à contrôler le respect des protocoles par les différents acteurs (prélèvement de moelle osseuse au bloc par ex.).
– L’élaboration et le suivi d’indicateurs qualité selon un rythme au minimum annuel (ex : le taux de réaction du greffon contre l’hôte).

Deux fois par an le Comité JACIE se réunit pour analyser ces points et proposer des actions d’amélioration continue de la qualité. Un processus dynamique qui bénéficie du soutien de la direction de la qualité du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.