Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

AlloCOVID, un numéro national pour informer et assurer un suivi en temps réel de l’épidémie

Depuis le 27 avril 2020, toutes les personnes de plus de 15 ans souhaitant s’informer sur le Covid-19 et savoir si elles présentent des symptômes compatibles avec l’infection sont invitées à contacter la plateforme AlloCOVID au 0806 800 540. A ce numéro, accessible 7jours sur 7, 24h/24, un agent vocal intelligent les renseignera et les orientera. Un service gratuit, pour le prix d'un appel local.

Depuis le 27 avril 2020, toutes les personnes de plus de 15 ans souhaitant s’informer sur le Covid-19 et savoir si elles présentent des symptômes compatibles avec l’infection sont invitées à contacter la plateforme AlloCOVID au 0806 800 540. A ce numéro, accessible 7jours sur 7, 24h/24, un agent vocal intelligent les renseignera et les orientera. Un service gratuit, pour le prix d’un appel local.

1000 agents virtuels, 24h/24 au service des citoyens

Cet agent virtuel est capable de synthétiser les informations médicales transmises par ses interlocuteurs et de les informer sur leur susceptibilité d’être atteintes ou non par le Covid-19. Il est aussi à même de détecter les signes de gravité de la maladie, ainsi que les patients vulnérables nécessitant une attention particulière. Au total, 1 000 agents vocaux virtuels au service des citoyens sont ainsi accessibles 7J7, 24h/24.
Evolutif, ce dispositif intelligent a été créé et développé par des chercheurs et experts de l’Inserm et d’Université de Paris en collaboration avec e.Voyageurs SNCF, filiale digitale de SNCF Voyageurs, et Allo-Media, startup spécialisée dans l’intelligence artificielle. La solution, testée avec succès par le SAMU 78, au cours du mois d’avril, sera enrichie et adaptée au fil des semaines en fonction de l’évolution des connaissances sur l’épidémie.
Après avoir répondu à un questionnaire médical élaboré conformément aux directives du Ministère des Solidarités et de la Santé, les personnes s’adressant à AlloCOVID sont orientées vers la plateforme ou le professionnel le plus adéquat. Cette phase amont permettra ainsi d’identifier les patients susceptibles de présenter des formes graves de la maladie et de les orienter vers les équipes de suivi pré-hospitalier.

Une analyse des données COVID en temps réel en lien avec Santé Publique France

En plus d’informer et d’orienter la population en période de crise sanitaire aiguë, le dispositif AlloCOVID contribuera à l’optimisation du recueil de données pour assurer un suivi en temps réel de l’épidémie partout en France, DOM-COM inclus. Ce suivi permettra d’accompagner la sortie de confinement et de détecter immédiatement de potentiels foyers de résurgence, de manière synergique et complémentaire des dispositifs existants (maladiecoronavirus.fr, SOS médecins, réseau Sentinelle, etc.).
Conformément aux recommandations de la CNIL, une attention particulière a été portée à chaque étape du projet concernant les enjeux de cybersécurité et de protection des données (Privacy Impact). AlloCOVID permettra d’alimenter de manière anonymisée la base de données de Santé publique France sur le Covid-19 et de suivre en temps réel l’évolution de l’épidémie partout sur le territoire et dans les DOM-COM, contribuant à accompagner le déconfinement et à optimiser les prises de décisions. L’ensemble des données sera communiqué quotidiennement à Santé publique France.

Contribuer à la détection des patients COVID et accompagner le déconfinement

La pandémie liée au Covid-19 représente une urgence sanitaire inédite en France, qui a mis très fortement sous tension les services hospitaliers. Paradoxalement, on observe depuis le début du confinement une désertion des cabinets médicaux et des services d’urgence, qui s’explique notamment par la crainte de contracter le Covid-19 en milieu médical. De nombreuses personnes se retrouvent ainsi chez elles, confrontées à la difficulté d’évaluer la sévérité de leurs symptômes, ou les facteurs de risque que peuvent représenter l’existence ou la cohabitation de certains facteurs (âge, état de santé, antécédents médicaux).
Le service vocal AlloCOVID a été développé dans ce contexte, comme une solution complémentaire des dispositifs existants pour répondre à un double objectif:
– Informer et orienter la population sur le Covid-19, et contribuer à la détection des patients susceptibles de présenter des formes graves de la maladie, particulièrement chez les plus vulnérables (transplantés, dialysés, etc.).
– Contribuer au recueil de données pour assurer un suivi en temps réel de l’épidémie partout en France, DOM-COM inclus, notamment dans la perspective d’accompagner la sortie de confinement et détecter immédiatement de potentiels foyers de résurgence.

Faire des citoyens des acteurs de la lutte contre l’épidémie

Le projet AlloCOVID a pour objectif de donner les moyens à la population de participer activement à la lutte contre la crise sanitaire, par une action citoyenne permettant à la fois d’orienter l’appelant sur son état de santé et de contribuer au suivi de l’épidémie dans le cadre de la sortie du confinement, sans concession sur la protection des données et des libertés individuelles. Pour exemple, les patients atteints d’une maladie rénale chronique sont particulièrement à risque. Ainsi, le réseau de patients France Rein participe activement à la diffusion du numéro AlloCOVID auprès de ses membres.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.