Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Anoxie périnatale : six heures pour sauver une vie

Lors d’un accouchement, une attention particulière est donnée au nourrisson, pour détecter et anticiper de potentielles complications. L’anoxie périnatale en fait partie. Afin d’éviter toute invalidité ou décès causés par cette mauvaise alimentation du cerveau en oxygène, le nouveau-né doit être pris en charge dans une intervalle de quelques heures seulement. Depuis dix ans, le CHU de Lille répond à cette urgence via une astreinte neurophysiologique dédiée.

Une astreinte tous les jours et à toute heure. C’est ce que mettait en place  le CHU de Lille il y a dix ans pour pouvoir prendre en charge l’anoxie du nouveau-né. Le 19 juin dernier, l’établissement organisait une journée d’anniversaire visant à sensibiliser d’autres maternités sur cette pathologie qui touche un cas pour mille naissances en France. L’objectif de l’initiative ? Répandre ce même dispositif à l’échelle des Hauts-de-France pour réduire les inégalités territoriales de prise en charge. 

Journée des dix ans du dispositif d'astreinte neurophysiologique. Crédit photo : David Grandmougin - CHU de Lille

L’anoxie – ou asphyxie – périnatale, impose aux différents professionnels de santé une organisation millimétrée, faute de quoi, le manque d’oxygène pourrait entraîner chez le nourrisson un important dysfonctionnement du système nerveux central, synonyme par la suite d’handicap ou de décès. Plusieurs autres organes peuvent également être touchés. Lors d’une anoxie néonatale, le corps médical dispose de six heures pour tenter de sauver l’enfant

Provoquer une hypothermie pour soigner 

Après l’examen clinique du nouveau-né, son transfert est organisé pour qu’il puisse bénéficier d’un électroencéphalogramme. Le médecin peut ainsi décider de recourir ou non à un traitement par hypothermie. Si le cas le nécessite, la température du corps est ainsi baissée à 33,5 C° pendant quelques heures pour être ensuite de nouveau augmentée progressivement. 

Afin de vérifier la présence ou non d’éventuelles lésions, des explorations neurologiques sont réalisées après le réchauffement de l’enfant. Tout cela engage une bonne coordination de l’équipe médicale, afin de subvenir aux besoins du nourrisson dans un temps inévitablement réduit. 

Démonstration des soins administrés aux nouveau-nés. Crédit photo : CHU de Lille

Seulement quatre maternités en capacité de répondre à l’urgence 

A Lille, l’astreinte neurophysiologique met à contribution 24/24 des infirmier(e)s volontaires et médecins interprétateurs de neurophysiologie clinique, en coordination avec l’équipe de néonatologie. Ainsi, le parcours de soins se voit plus adapté, sécurisé et optimisé, et la collaboration entre les services de néonatologie du SMUR pédiatrique, de neurophysiologie, et de neuropédiatrie est renforcée. La généralisation de ce mode de prise en charge paraît donc évidente. 

Pourtant aujourd’hui en France, seulement quatre maternités de niveau III sont en mesure de gérer ce type d’astreinte. Le CHU de Lille se démarque quant à lui par son expérience : depuis dix ans, l’astreinte mise en place suit les strictes recommandations nationales et internationales et a ainsi permis de prendre en charge trois cent cinquante nouveau-nés. 

 

La rédaction avec le CHU de Lille 

 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.