Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Au CHU de Nîmes, on veille à la qualité du sommeil

Crédit photo : CHU de Nîmes.
Ce mois de mars a été marqué par la 24e Journée internationale du sommeil, encadrée au CHU de Nîmes par le service des Troubles du Sommeil et Acupuncture et l’Institut national du Sommeil et de la Vigilance (INSV). L’occasion pour ces deux acteurs de revenir sur les gestes simples à mettre en place pour favoriser un bon sommeil, notamment l’activité physique.

Oui, le sport influence positivement le sommeil. Un constat que le Dr Beatriz Abril, cheffe du service des Troubles du Sommeil et Acupuncture du CHU de Nîmes, avec qui nous nous sommes entretenu, a tenu à nuancer. La clé pour conserver les bénéfices de l’exercice physique sur notre sommeil : le pratiquer à un horaire relativement éloigné de celui de l’endormissement. Soit, de manière concrète, « le matin ou l’après-midi, entre 14h00 et 16h00. » 

Deux raisons guident cette recommandation : la montée d’adrénaline causée par le sport et l’augmentation de la température corporelle. En effet, l’endormissement survient lorsque la température du corps diminue et que le taux de mélatonine augmente. L’activité sportive pratiquée de manière trop rapprochée peut donc empêcher l’endormissement, déjà souvent altéré par l’omniprésence des écrans à lumière bleue. 

Au service de ceux qui dorment trop… ou pas assez

Sa journée à l’hôpital Universitaire Carémeau, le Dr Abril la démarre par une rencontre avec les infirmières qui opèrent au sein de l’Unité du Sommeil, ouverte en semaine de jour comme de nuit. Le but de cette entrevue : transmettre les dernières informations sur l’état de sommeil des patients. Des questions plus techniques concernant le matériel ou les enregistrements du sommeil sont également soulevées. 

La suite du programme varie d’un jour à l’autre. Si le lundi est consacré à la programmation des demandes médicales et à l’étude des dossiers de patients à venir, le mardi est employé à la gestion des patients hospitalisés. Le reste de la semaine est quant à elle réservée aux consultations.

La plupart des patients qui consultent le service souffrent de troubles du sommeil. Parmi les troubles dépistés, on trouve l’insomnie, le syndrome d’apnées du sommeil, les parasomnies : motif d’agitation nocturne (somnambulisme, troubles du comportement en sommeil paradoxal, éveils confusionnels), ou encore le syndrome des jambes sans repos (aussi appelé maladie d’Ekbom), connu sous le nom d’impatiences.  Outre le diagnostic et la prise en charge du patient, le service propose également des ateliers d’éducation thérapeutique afin d’expliquer aux patients aux différentes phases du sommeil (sommeil lent profond, paradoxal), la définition du  « sommeil normal » et les éduquer aux mesures d’hygiène favorisant une bonne qualité de sommeil. L’idée est de démêler le vrai du faux dans le flot d’informations et d’idées préconçues auxquelles sont confrontés les patients. 

Les ateliers permettent également d’ouvrir le dialogue au sujet de la souffrance induite par leur trouble. De ce point, l’insomnie n’est que trop rarement prise au sérieux. « L’insomnie par exemple, n’est pas vue comme une maladie en tant que telle », explique le Dr Abril, pointant du doigt le manque de reconnaissance de ce type de trouble chez les patients. 

La plupart des patients qui consultent le service souffrent de troubles du sommeil. Parmi les troubles dépistés, on trouve l’insomnie, le syndrome d’apnées du sommeil, les parasomnies : motif d’agitation nocturne (somnambulisme, troubles du comportement en sommeil paradoxal, éveils confusionnels), ou encore le syndrome des jambes sans repos (aussi appelé maladie d’Ekbom), connu sous le nom d’impatiences.  Outre le diagnostic et la prise en charge du patient, le service propose également des ateliers d’éducation thérapeutique afin d’expliquer aux patients aux différentes phases du sommeil (sommeil lent profond, paradoxal), la définition du  « sommeil normal » et les éduquer aux mesures d’hygiène favorisant une bonne qualité de sommeil. L’idée est de démêler le vrai du faux dans le flot d’informations et d’idées préconçues auxquelles sont confrontés les patients. 

Les ateliers permettent également d’ouvrir le dialogue au sujet de la souffrance induite par leur trouble. De ce point, l’insomnie n’est que trop rarement prise au sérieux. « L’insomnie par exemple, n’est pas vue comme une maladie en tant que telle », explique le Dr Abril, pointant du doigt le manque de reconnaissance de ce type de trouble chez les patients. 

Une vaste exploration du sommeil

« Le service reçoit beaucoup de demandes, nous confie par ailleurs le Dr Abril. Pas étonnant lorsqu’on sait que « 20% de la population souffre d’insomnie. » Pour y répondre, trois étapes : consultation, exploration et traitement. La phase d’exploration du sommeil apparaît comme une étape fondamentale. Elle comprend différents tests : la polygraphie ventilatoire qui enregistre la respiration pendant le sommeil ; la polysomnographie, qui allie la vidéo à l’enregistrement pour vérifier toute forme d’agitation ensommeillée du patient ; le test itératif de l’endormissement vise ensuite à contrôler la somnolence ; le test d’hypervigilance, souvent adressé à des chauffeurs poids lourds et conducteurs de bus, permet de tester la résistance au sommeil. 

Pour soigner les troubles du sommeil, le Dr Beatriz Abril revient sur le traitement proposé par la Haute Autorité de Santé (HAS), à savoir la thérapie cognitive comportementale. « Il faut à la fois changer notre façon de penser le sommeil mais aussi travailler sur les comportements pour le réguler. » Bon à savoir : les bénéfices d’une « rééducation » du sommeil ne surviennent qu’au bout de trois semaines d’un sommeil discipliné, à horaires réguliers, couplés à une bonne pratique du sport et une alimentation saine. 

Des exigences que ne manque pas de rappeler le service des Troubles du Sommeil et Acupuncture du CHU de Nîmes. 

 

La rédaction avec le Dr Abril et le CHU de Nîmes 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”