Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

AVC : 1re étude nationale comparative

Le CHU de Nancy est promoteur de l'étude nationale THRACE à laquelle participent 31 centres français et 480 patients (240 dans chaque groupe de randomisation) avec un AVC sévère datant de moins de 3 heures. Contrôlée, multicentrique, randomisée avec évaluation médico-économique, l'étude est financée par le programme de Soutien aux Techniques Innovantes Coûteuses (PSTIC) 2009 du ministère de la Santé.

Le CHU de Nancy est promoteur de l’étude nationale THRACE à laquelle participent 31 centres français et 480 patients (240 dans chaque groupe de randomisation) avec un AVC sévère datant de moins de 3 heures. Contrôlée, multicentrique, randomisée avec évaluation médico-économique, l’étude est financée par le programme de Soutien aux Techniques Innovantes Coûteuses (PSTIC)2009 du ministère de la Santé.

L’étude THRACE vise à déterminer si une approche combinée des techniques médicamenteuse et mécanique sur des patients victimes d’un AVC modéré à sévère est plus efficace qu’une approche standard.

Il existe 2 voies possibles pour le traitement de l’AVC
– approche médicamenteuse, thérapeutique standard : la thrombolyse Intra-Veineuse (IV). Son efficacité a été montrée dans les 3 heures suivant le début des signes de l’AVC. Elle est d’autant plus efficace que débutée tôt.
– approche mécanique ou thrombectomie intracrânienne : elle consiste à retirer mécaniquement le caillot qui obstrue l’artère pour la reperméabiliser et rétablir le flux sanguin dans le territoire cérébral concerné. Effectuée sous contrôle de l’imagerie et possible sans anesthésie générale. Avantage théorique sur l’approche chimique : absence d’injection de thrombolytique, réduisant ainsi le risque pour le patient de complications hémorragiques. Traitement proposé pour les contre-indications de la thrombolyse : chirurgie récente, saignement récent…

Investigateur principal Pr Serge Bracard, chef du service de Neuroradiologie, CHU de Nancy
Co-investigateur principal Pr Xavier Ducrocq, neurologue, CHU de Nancy
Coordination et gestion de l’étude, de sa mise en place jusqu’à la publication des résultats : CIC-EC Inserm CIE6 de Nancy, sous la direction du Pr Francis Guillemin
– Organisation technique de l’analyse des données imagerie de l’étude : CIC-IT CIT801 de Nancy sous la coordination de Cédric Pasquier

L’accident vasculaire cérébral est un problème majeur de santé publique : en France c’est la 3e cause de décès, la 1re cause de handicap acquis de l’adulte et la 2e cause de démence après la maladie d’Alzheimer.

Contact
Kossar HOSSEINI, chargée de projet CIC EC
03 83 85 93 02

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.