Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Bordeaux booste la recherche paramédicale

Le 2ème colloque Inter Régional du grand Sud Ouest de la recherche paramédicale se déroulera le 28 septembre 2012. Centré sur les concepts d’autonomie, de liberté, de valorisation et de reconnaissance, le congrès accueillera 300 soignants dont une majorité d’infirmiers, (kiné, ergothérapeute, diététicien, podologue, technicien de laboratoire, manipulateur en imagerie médicale) exerçant aux CHU de Bordeaux, Limoges et Toulouse.

Le 2ème colloque Inter Régional du grand Sud Ouest de la recherche paramédicale se déroulera le 28 septembre 2012. Centré sur les concepts d’autonomie, de liberté, de valorisation et de reconnaissance, le congrès accueillera 300 soignants dont une majorité d’infirmiers, (kiné, ergothérapeute, diététicien, podologue, technicien de laboratoire, manipulateur en imagerie médicale) exerçant aux CHU de Bordeaux, Limoges et Toulouse. L’occasion pour les professionnels de confronter leurs connaissances et leurs expériences en matière d’amélioration des pratiques cliniques, de mise à disposition d’outils d’évaluation et de partage du progrès ET de proposer la création d’une discipline en sciences infirmières à part entière.

« Le développement de l’expertise constitue également un enjeu essentiel pour la promotion et l’innovation des pratiques de soins. A ce titre, le dispositif sera enrichi dès janvier 2013, par la création du Diplôme Universitaire de Recherche en Sciences Infirmières et autres paramédicaux. »  Luc Durand, Coordonnateur général des soins
En préambule un rappel du dynamisme de cette recherche menée « au plus près du patient ». Depuis la création du PHRI en 2009, puis en  2010 du PHRIP plus 30 dossiers de recherche infirmiers et autres paramédicaux ont été financés en France.
A Bordeaux, la recherche paramédicale est soutenue par la direction générale. Dès 2009 a été créé un groupe pluridisciplinaire composé de kinésithérapeute, ergothérapeute, diététicien, podologue, technicien de laboratoire, manipulateur en imagerie médicale pour accompagner les équipes et promouvoir leurs travaux reconnaissant ainsi leurs efforts pour améliorer les soins dispensés aux patients, en les rendant à la fois plus efficaces et moins douloureux.
Le CHU de Bordeaux a obtenu, en 2009 et en 2010, un financement du ministère de la santé de plus de 200 000 € pour 4 projets dans le cadre du Programme Hospitalier de Recherche Infirmières et autres Paramédicaux (PHRIP).* Ce qui classe le CHU de Bordeaux à la 2ème place sur le plan national.

Les projets bordelais

1- Développement d’une Echelle d’Evaluation du Risque de Constipation du Patient Hospitalisé (Etude ERCoPH) Responsable de l’étude Valérie Berger, infirmière cadre supérieur de santé.

2- « Intérêt de l’insufflateur – exsufflateur mécanique dans la prévention de l’insuffisance respiratoire aigüe en post extubation des patients porteurs d’une neuromyopathie de réanimation (Etude Neuromie) » – Responsable de l’étude : Philippe Wibart, kinésithérapeute

3- «  Essai clinique randomisé évaluant un programme interdisciplinaire de prévention de l’épaule hémiplégique douloureuse en phase précoce post AVC » – Responsable de l’étude : Amandine Cook, ergothérapeute
4- «  Impact du positionnement du dosimètre extrémités sur le suivi dosimétrique des opérateurs au cours de la préparation du 18FDG pour les examens Tep-TDM » – Responsable de l’étude : Fabien Salesses, manipulateur d’électroradiologie médicale
En 2012, 3 nouveaux projets de recherche ont été déposés par les équipes paramédicales du CHU.
Au cours de cette journée, sera également annoncé le lancement officiel du DU de recherche en Sciences Infirmières et Paramédicales en collaboration avec l’université Bordeaux Segalen, l’Institut de Santé Publique et la faculté des sciences infirmières de Montréal : ouverture en janvier 2013.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.