Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Budget 2006: graves difficultés financières pour les Hôpitaux publics

Communiqué 10/03/06 - La Fédération Hospitalière de France qui représente tous les hôpitaux publics et l'ensemble des Conférences de Directeurs et de Présidents de CME de Centres hospitaliers et de CHRU souhaitent faire part de leur très vive inquiétude quant aux orientations budgétaires fixées par le Gouvernement aux hôpitaux.

Communiqué 10/03/06 – La Fédération Hospitalière de France qui représente tous les hôpitaux publics et l’ensemble des Conférences de Directeurs et de Présidents de CME de Centres hospitaliers et de CHRU souhaitent faire part de leur très vive inquiétude quant aux orientations budgétaires fixées par le Gouvernement aux hôpitaux.

Tout d’abord, en termes de procédure budgétaire, la FHF et les conférences ne peuvent que regretter qu’une fois de plus le calendrier budgétaire n’ait pas été respecté.

Sur le fond, la FHF et les Conférences rappellent qu’elles n’ont jamais adopté d’attitude maximaliste et qu’elles ont toujours limité leurs estimations budgétaires à la stricte reconduction des moyens minimum nécessaires au fonctionnement des hôpitaux à moyens constants sans mesures nouvelles.

La FHF et les Conférences rappellent aussi que leurs demandes budgétaires ont toujours été conformes à la réalité des dépenses constatées des établissements. Une analyse des résultats des derniers exercices est là pour le démontrer. Malgré cela, en 2006, les pouvoirs publics prévoient une évolution des dépenses hospitalières sans commune mesure avec les besoins de financement des hôpitaux.

La FHF et les Conférences ont évalué à + 4,32% l’augmentation minimum nécessaire des moyens des établissements hospitaliers par rapport à 2005. La circulaire budgétaire rendue publique lundi 27 février promet aux hôpitaux une évolution de leurs moyens en 2006 qui devrait se situer, en fait, entre + 1,5% et + 2%, et non à +3,44% comme annoncé par le ministre de la santé.

L’écart entre le chiffre annoncé de +3,44% et l’augmentation réelle des dotations budgétaires (+1,5% à +2%) s’explique d’une part par une amputation de crédits 2006 destinée à compenser une augmentation des dépenses 2005 liée à la croissance de l’activité des hôpitaux (250 millions d’euros), et d’autre part par le plan d’économie (560 millions d’euros) imposé au secteur hospitalier.

Alors qu’en 2006 la masse salariale qui représente 70% des budgets augmentera mécaniquement de +3%, ce taux d’évolution de + 1,5% ou + 2% décidé par les pouvoirs publics – sans-doute inférieur à l’inflation – représente donc bien en réalité une diminution des moyens des hôpitaux.

Le sous-financement des hôpitaux en 2006 devrait donc être de l’ordre de 1,2 à 1,5 milliards d’euros.
Les hospitaliers avaient fondé de réelles espérances sur la réforme de la tarification qui devait permettre une meilleure adéquation des moyens alloués aux établissements à leur activité réelle. Des tarifs de moins en moins fondés sur les coûts et leur baisse par anticipation d’une augmentation d’activité réduisent à néant les espoirs fondés par cette réforme de la tarification. En lieu et place d’une maîtrise médicalisée reposant largement sur une évaluation des pratiques professionnelles, nous assistons à la persistance d’une maîtrise comptable aveugle et démotivante, rendant la contractualisation interne relativement illusoire.

Malgré les efforts entrepris par les établissements pour utiliser au mieux leurs ressources et pour réaliser les plans d’économies fixés, et sans nier que des améliorations soient encore réalisables, l’écart considérable entre les moyens octroyés et les besoins prévisibles des hôpitaux pourra difficilement être comblé sans toucher à l’emploi. Cela alors que 90% des français estiment qu’il n’y a pas assez de personnel dans les hôpitaux (sondage IFOP publié à l’occasion du salon de l’emploi public, mars 2006), rejoignant en cela le sentiment des professionnels.

Les problèmes budgétaires auxquels vont être immanquablement confrontés de très nombreux hôpitaux augurent mal de la mise en oeuvre des futurs Schémas régionaux d’organisation sanitaire (SROS) qui comprennent d’importants volets de modernisation de notre système hospitalier pour répondre aux besoins de la population.

La FHF et les Conférences souhaitent également attirer l’attention des pouvoirs publics sur la menace que représentent ces restrictions financières pour la modernisation des hôpitaux, pour la relance de l’investissement, pour la poursuite des plans de santé publique et notamment le plan de santé mentale.

Cet exercice budgétaire difficile risque de placer les conseils d’administration de nombreux hôpitaux dans une situation inacceptable où ils n’auront d’autre choix que de voter des budgets en déficits ou bien d’attendre que la tutelle arrête d’office leur situation budgétaire.

Claude EVIN, Président de la FHF
Paul CASTEL, Président de la Conférence des directeurs de CHRU
Francis FELLINGER, Président de la Conférence des présidents de CME de CH
Pierre FUENTES, Président de la Conférence des présidents de CME de CHRU
Yvan HALIMI, Président de la Conférence des présidents de CME de CHS
Angel PIQUEMAL, Président de la Conférence des directeurs de CH

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.