Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
L'organisation, représentative des patients et usagers du système de santé a exprimé plusieurs craintes concernant la campagne vaccinale. Entre le risque d’une reprise de l’épidémie et l’arrivée de variants plus contagieux, l’association considère qu’une nouvelle stratégie est nécessaire, plus simple et plus juste.

L’organisation, représentative des patients et usagers du système de santé a exprimé plusieurs craintes concernant la campagne vaccinale. Entre le risque d’une reprise de l’épidémie et l’arrivée de variants plus contagieux, l’association considère qu’une nouvelle stratégie est nécessaire, plus simple et plus juste.
Alors que la stratégie de la campagne vaccinale semble trouver ses marques, «Après le brouillon, la copie pour de bon?», se questionne France Assos Santé.La campagne actuelle se concentrait sur les patients âgés de 75 ans et plus, étant les plus «à haut risque». Désormais, les patients considérés comme les plus fragiles, peuvent se faire vacciner, quel que soit leur âge. Une décision saluée par France Assos Santé.
850 000 personnes sont concernées, une sélection établie sur des bases scientifiques, puisque ce nombre ne représente pas l’ensemble des patients chroniques. Une décision «raisonnable et responsable», estime l’association car elle permet de prendre en compte les approvisionnements de vaccins et le potentiel risque de pénurie.
La logistique a été adaptée en conséquence: ouverture de près de 700 centres de vaccination et déploiement d’unités mobiles pour les personnes isolées. France Assos Santé relance son appel auprès des infirmiers et pharmaciens, l’organisation estime que «toutes les forces vives» doivent être mobilisées pour assurer la «couverture vaccinale la plus large».
De son côté, l’association a également déployé ses représentants sur tout le territoire afin d’accompagner le processus et mieux repérer et signaler les potentiels obstacles et difficultés des dispositifs. Pour France Assos Santé, cette «bataille engagée contre la Covid-19» ne peut être remportée qu’avec la responsabilité de tous.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.