Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : Brest, 1er CHU de France à s’équiper de l’Hypérion®

Le CHRU de Brest et l’Université de Bretagne Occidentale (UBO) ont acquis un cytomètre de masse imageur, également appelé Hypérion®. Première structure hospitalo-universitaire française à posséder un tel appareil, le CHRU de Brest dispose désormais d’une force de frappe pionnière contre le cancer. Cet équipement de pointe est capable de mieux caractériser les cellules cancéreuses en identifiant celles initiatrices de tumeurs et de métastases, aussi bien dans le sang qu’au sein des tissus.
Le CHRU de Brest et l’Université de Bretagne Occidentale (UBO) ont acquis un cytomètre de masse imageur, également appelé Hypérion®. Première structure hospitalo-universitaire française à posséder un tel appareil, le CHRU de Brest dispose désormais d’une force de frappe pionnière contre le cancer. Cet équipement de pointe est capable de mieux caractériser les cellules cancéreuses en identifiant celles initiatrices de tumeurs et de métastases, aussi bien dans le sang qu’au sein des tissus.
 « Ce nouvel équipement va permettre de développer à Brest une médecine de précision offrant des capacités thérapeutiques uniques, s’enthousiasme le Pr Jacques-Olivier Pers, PU-PH, directeur du laboratoire LBAI (INSERM-UBO)*. Son acquisition, rendue possible par de nombreux acteurs locaux, est un facteur d’attractivité économique et scientifique, capital pour notre région.»

Pr Jacques-Olivier Pers, à l’initiative du projet Hypérion (© Digitaleprod)

Une technologie unique pour la recherche et les traitements 

Comme dans la mythologie grecque où le titan Hypérion était doté d’une force incroyable, la nouvelle technologie dont disposent désormais le CHRU de Brest et l’UBO a une capacité extraordinaire d’observer les caractéristiques propres de chaque cancer avec une précision inégalée.
Jusqu’à récemment, aucune technologie n’était en mesure d’étudier, à grande échelle et à une résolution unicellulaire, les modifications des voies impliquées dans la survie d’un clone tumoral. Hypérion® est un cytomètre de masse imageur, à haut débit et multiparamétrique, capable de mesurer simultanément l’expression de plus de 40 biomarqueurs différents dans une seule biopsie, alors que les équipements précédents permettaient seulement d’en identifier deux à trois simultanément.

Un outil à la pointe de la médecine de précision

Grâce à Hypérion®, les chercheurs pourront être en mesure de comprendre pourquoi un traitement est efficace sur un patient et inefficace chez un autre. Grâce à ses capacités d’analyse dans le sang, il est également possible d’identifier les cellules à l’origine de tumeurs et de métastases, de prédire plus facilement les réponses aux traitements, mais aussi d’identifier très précocement des marqueurs de rechute ou les bases de résistance à un traitement anticancéreux, et ce à l’échelle de la cellule.
Cet équipement pourra aussi favoriser la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques et accompagner le médecin dans le choix de son traitement.
L’Hypérion® permet ainsi au CHRU de Brest de proposer une médecine de précision et personnalisée, d’offrir aux praticiens des capacités thérapeutiques uniques ainsi que de développer de nouveaux essais cliniques collaboratifs en France, en Europe et à l’international.

De nombreuse possibilités thérapeutiques

Forte de l’expertise et de la notoriété de leurs chercheurs, l’UBO et l’INSERM contribueront au développement de cette technologie pour les applications cliniques et la compréhension fondamentale des stratégies anti-cancer, notamment par l’immunothérapie personnalisée.
Les possibilités thérapeutiques offertes par l’Hypérion® sont de:
• Prédire la maladie et son évolution,
• Mieux diagnostiquer les cancers agressifs,
• Améliorer la prise en charge thérapeutique,
• Prévenir les effets indésirables des traitements et leurs complications,
• Assurer un suivi optimal et individuel de chaque patient,
• Mieux évaluer un potentiel risque héréditaire de développer la maladie,
• Favoriser le développement de nouveaux essais cliniques collaboratifs à la pointe bretonne.
« Cet outil sera également applicable à de nombreuses autres maladies, il s’agit d’un dispositif extrêmement novateur offrant des possibilités uniques, précise le Pr Jacques-Olivier Pers. Nous nous donnons deux ans de développement avant d’envisager des applications directes pour le patient.»

Un investissement partagé de 1 million d’euros

Le financement de cet appareil, dont le coût avoisine le million d’euros, a été rendu possible grâce à la mobilisation collective des acteurs du territoire et INNOVEO, le fonds de dotation du CHRU de Brest.
Alors que le portage financier a été assuré par l’UBO, le financement de l’Hypérion® n’aurait pu se faire sans la participation du Fonds Européen de Développement régional (FEDER), du CHRU de Brest et de son fonds de dotation INNOVEO, du Conseil départemental du Finistère, de Brest Métropole, du Labex Immunothérapie Grand Ouest, et de l’INSERM. L’élaboration du cahier des charges préalable à l’achat et les contacts fournisseurs ont pour leur part été réalisés par la direction des équipements biomédicaux du CHRU de Brest qui assure l’exploitation et la maintenance de l’équipement.

Le plan de financement finalisé:

FEDER: 498 639,18€

INNOVEO: 218 637€

CHRU de Brest: 140 000€

Brest Métropole: 50 000 €

Conseil départemental 29: 50 000€

INSERM: 50 000€

Labex IGO: 50 000€

Total: 1 057 276,18€

*Unité mixte de recherche "Lymphocytes B et Autoimmunité" (UMR 1227 UBO – INSERM LBAI)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.