Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer de l’ovaire : deux nouveaux services de l’AP-HP obtiennent le label international de haut niveau de l’ESGO

Le service de chirurgie et cancérologie gynécologique et mammaire du Pr Catherine Uzan à l’hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP) et le service de chirurgie gynécologique du Pr Emile Daraï à l’hôpital Tenon AP-HP ont été certifiés en mars 2019 par l’European Society of Gynaecological Oncology (ESGO). Cette labellisation internationale de haut niveau, déjà attribuée en 2018 aux équipes des hôpitaux européen Georges-Pompidou et Tenon souligne l’excellence des centres experts en cancérologie gynécologique et mammaire de l'AP-HP dans la prise en charge et la formation sur le cancer de l’ovaire.

Le service de chirurgie et cancérologie gynécologique et mammaire du Pr Catherine Uzan à l’hôpital Pitié-Salpêtrière (AP-HP) et le service de chirurgie gynécologique du Pr Emile Daraï à l’hôpital Tenon AP-HP ont été certifiés en mars 2019 par l’European Society of Gynaecological Oncology (ESGO). Cette labellisation internationale de haut niveau, déjà attribuée en 2018 aux équipes des hôpitaux européen Georges-Pompidou et Tenon souligne l’excellence des centres experts en cancérologie gynécologique et mammaire de l’AP-HP dans la prise en charge et la formation sur le cancer de l’ovaire. 
Déjà attribuée début 2018 à l’hôpital Européen Georges Pompidou et à l’hôpital Tenon AP-HP, la certification de l’ESGO (Certification for Advanced Ovarian Cancer Surgery) vient d’être remise au service de chirurgie et cancérologie gynécologique et mammaire du Pr Catherine Uzan à l’hôpital Pitié-Salpêtrière AP-HP dont les équipes proposent aux patientes les outils, l’expertise et une organisation permettant de garantir un haut niveau de prise en charge chirurgicale.
Elle est établie en fonction d’un score reposant sur des critères définis par un groupe d’une vingtaine d’experts internationaux comme par exemple un minimum de 20 traitements chirurgicaux par centre candidat pour des stades avancés de cancers de l’ovaire les trois années précédant la demande de labellisation. Les critères de qualité comprennent notamment le taux de résection complète, la décision thérapeutique et la prise en charge pré, per et post opératoire pluridisciplinaire. La participation du centre à des essais cliniques représente également un critère crucial.
Cette certification, attribuée pour une période de cinq ans, souligne ainsi la qualité de la prise en charge par les équipes de l’AP-HP, déterminante dans le traitement du cancer de l’ovaire et dans le pronostic de survie des patientes.  

Une qualité élevée d’enseignement

Après son renouvellement fin 2018 pour le service de chirurgie gynécologique cancérologique de l’hôpital Européen Georges Pompidou AP-HP, la labellisation, intitulée « European Training Centre in Gynaecological Oncology », vient d’être attribuée au service de chirurgie gynécologique du Pr Emile Daraï à l’hôpital Tenon AP-HP. Elle garantit une qualité élevée d’enseignement en sciences chirurgicales pour l’oncologie gynécologique pour ses internes et ses chefs de cliniques. Elle requiert la constitution d’un dossier et une visite sur site. Les critères de qualité concernent notamment le volume d’activité, les collaborations avec les différents services (pathologie, oncologie médicale, radiothérapie, etc.), ou encore la recherche clinique et fondamentale.
Cette labellisation confirme ainsi la qualité de l’enseignement dispensé dans les services de cancers gynécologiques à  l’AP-HP.

Le plus grave des cancers gynécologiques

Les cancers de l’ovaire représentent la 5ème cause de cancer chez les femmes, après les cancers du sein, les cancers du poumon, les cancers colorectaux et les cancers de l’endomètre. Le cancer de l’ovaire est le plus grave des cancers gynécologiques. Le diagnostic du cancer de l’ovaire est très souvent réalisé à un stade avancé dans deux cas sur trois. La prise en charge consiste en un traitement chirurgical pour l’ablation de la tumeur et nécessite le recours à la chimiothérapie après l’opération et parfois en amont. Il est fondamental de voir les patientes dès le début de leur prise en charge, avant tout traitement.
En 2018, 2446 patientes atteintes d’un cancer gynécologique ont été prises en charge à l’AP-HP (1463 d’entre elles ont été opérées dans l’un de ses hôpitaux).  Parmi celles-ci, 1049 patientes atteintes d’un cancer de l’ovaire ont été prises en charge à l’AP-HP (608 d’entre elles ont été opérées dans l’un de ses hôpitaux).
Le cancer est au cœur de la mission de service public de santé de l’AP-HP, qui dispose de l’ensemble des compétences pour soigner tous types de cancer. Son objectif est de permettre à toutes les personnes malades, indépendamment de leur situation sociale ou de leur revenu, d’avoir les chances les plus élevées de guérir et de réduire le plus possible les conséquences négatives de la maladie sur leur vie quotidienne.
En savoir plus : 
– Cancer de l’ovaire : deux services de l’AP-HP obtiennent une labellisation internationale
– sur la certification
– sur les services de l’AP-HP déjà certifiés : 
Le service de chirurgie gynécologique cancérologique de l’hôpital européen Georges-Pompidou AP-HP de nouveau labellisé par l’ESGO pour sa formation en chirurgie oncologique gynécologique (décembre 2018)
Cancer de l’ovaire : deux services de l’AP-HP obtiennent le label international de haut niveau délivré par l’ESGO (février 2018)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.