Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancérologie : Rouen remporte un appel à projets de recherche

L'équipe de Santé Publique du CHU-Hôpitaux de Rouen a remporté l'appel à projets de recherche en cancérologie portant sur la surveillance des complications sur chambre implantable. Une dotation de 87.000 € lui sera allouée pour l'étude menée en partenariat avec le Centre de Lutte Contre le Cancer Henri Becquerel et une équipe de chercheurs en sociologie de la santé (E Legrand - GRIS). Ce programme de recherche en qualité hospitalière (PREQHOS 2009) est organisé par la DHOS.

L’équipe de Santé Publique du CHU-Hôpitaux de Rouen a remporté l’appel à projets de recherche en cancérologie portant sur la surveillance des complications sur chambre implantable. Une dotation de 87.000 € lui sera allouée pour l’étude menée en partenariat avec le Centre de Lutte Contre le Cancer Henri Becquerel et une équipe de chercheurs en sociologie de la santé (E Legrand – GRIS). Ce programme de recherche en qualité hospitalière (PREQHOS 2009) est organisé par la DHOS.

Les cathéters veineux à chambres implantables sont utilisés pour les perfusions veineuses répétées, en particulier pour les chimiothérapies anticancéreuses. Elles sont de plus en plus fréquemment utilisées en France. Ces chambres implantables sont le plus souvent bien tolérées (mieux qu’un cathéter classique) mais sont parfois associées à des complications, dont certaines sévères, qui peuvent altérer la qualité de vie du patient et compliquer sa prise en charge.

Le projet de recherche propose de mesurer en routine, dans les secteurs de soins concernés, la fréquence des complications associées à ces chambres implantables, et d’analyser régulièrement ces complications avec les équipes soignantes pour comprendre leurs causes et les prévenir.

Un projet innovant
La surveillance « multirisques » concerne tous les types de complications : infectieuses et mécaniques (par exemple un cathéter qui se déplace lors de la pose ou de l’utilisation…). Bien que « multirisques », la surveillance s’appuie toutefois particulièrement sur les compétences des équipes d’hygiène en matière de surveillance des complications infectieuses, domaine dans lequel elles ont une expérience déjà ancienne.

La surveillance est réalisée à partir de la pose de la chambre implantable puis tout au long de son utilisation pour la chimiothérapie. La surveillance ne se fait pas sur un séjour mais suit le patient sur différents séjours et dans différents services. Elle associe les différentes équipes de soins à l’analyse des complications en vue de leur prévention.

La surveillance s’appuie largement sur des données recueillies en routine
Ces données (codage des actes et des séjours dans le PMSI, traçabilité des dispositifs médicaux, logiciel de prescription de chimiothérapie,…) sont utilisées pour recenser les patients porteurs d’une chambre implantable : ce recensement se fait donc sans charge de travail supplémentaire pour les équipes soignantes, déjà très sollicitées par les soins. En revanche, les compétences des soignants sont nécessaires pour repérer les complications possibles, qui sont ensuite validées et analysées avec l’équipe.

Intérêts potentiels de cette surveillance
– pour le patient : lui assurer une qualité de soins
– pour le service : préserver l’activité du programmé
– pour les personnels : éviter le stress dû à la fois à l’augmentation de travail impliquée par une complication et par le sentiment de perte de contrôle de la situation.
Le projet est mené en collaboration avec l’équipe de sociologie de la santé de l’Université de Rouen afin de déterminer la perception des patients concernant les complications, ainsi que la perception des équipes concernant la procédure de surveillance. Le sentiment de perte de contrôle concernant les complications des soins est un facteur de stress très important pour les professionnels. L’hypothèse formulée dans le projet est que si l’équipe s’organise pour prévenir les complications sur chambre implantable, le stress ressenti pourrait être moindre.

Le projet, testé depuis mai 2008 dans le Pôle Thorax-vaisseaux du CHU de Rouen, a prouvé sa faisabilité et remporte l’adhésion des professionnels. La question est de savoir si cette évaluation est applicable à d’autres services ou établissements.

Grâce à cet appel d’offres, le CHU-Hôpitaux de Rouen peut désormais étendre l’évaluation et de travailler en collaborant avec le centre régional de lutte contre le cancer Henri Becquerel.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”