Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardio: Nouvelle technique d’implantation percutanée de valve aortique

Toujours aux avant postes du progrès, le service de cardiologie du CHU de Rouen vient de tester avec succès une nouvelle valve cardiaque. En Avril 2002, le Pr Cribier, chef du service, réalisait en première mondiale l'implantation d'une valve cardiaque par voie non chirurgicale. En octobre 2009, il évalue pour la première fois en France un nouveau modèle de valve particulièrement performant. 2 patientes de plus de 80 ans ont bénéficié de ce progrès thérapeutique.

Toujours aux avant postes du progrès, le service de cardiologie du CHU de Rouen vient de tester avec succès une nouvelle valve cardiaque. En Avril 2002, le Pr Cribier, chef du service, réalisait en première mondiale l’implantation d’une valve cardiaque par voie non chirurgicale. En octobre 2009, il évalue pour la première fois en France un nouveau modèle de valve particulièrement performant. Deux patientes de plus de 80 ans ont bénéficié de ce progrès thérapeutique.

Valve aortique artificielle


schéma de la technique d’implantation
de la valve par voie non chirurgicale

Une technique innovante reconnue mondialement
Le rétrécissement de la valve aortique est une maladie cardiaque très fréquente et grave qui ne peut être traitée que par remplacement de la valve malade par une valve artificielle. Ceci nécessite une opération chirurgicale lourde, à coeur ouvert, régulièrement pratiquée (150 000 cas par an) et donnant d’excellents résultats, mais dont les risques peuvent être considérés dans un tiers des cas comme trop élevés.
Ces nombreux malades, souvent âgés, qui ne sont pas considérés comme de bons candidats à ce type de chirurgie cardiaque, sont de ce fait condamnés à court terme.

Pour pallier cette situation, l’équipe du Pr Cribier du CHU de Rouen a tout d’abord initié dès 1985 la technique dite de « dilatation valvulaire aortique au ballonnet » qui a connu un grand succès mais qui s’est révélée insuffisante pour le maintient de bons résultats à long terme. Après 20 ans de recherche en laboratoire et chez l’animal, une valve aortique artificielle a été développée par la même équipe, pouvant être implantée sans chirurgie cardiaque, par simple cathétérisme cardiaque sous anesthésie locale. Pour les patients dont les artères fémorales sont de calibre trop petit, elle peut être également mise en place par chirurgie mini-invasive, une chirurgie beaucoup moins lourde et mieux tolérée que la chirurgie traditionnelle.
En 2007, l’équipe du Professeur Bessou au CHU de Rouen, a été la première équipe en France à tester cette autre modalité d’implantation.

La technique d’implantation par voie fémorale consiste à introduire la valve dans l’artère au pli de l’aine. Elle est ensuite poussée jusqu’au coeur sous contrôle radiologique, positionnée à l’intérieur de la valve aortique malade, puis libérée par gonflage d’un ballonnet sur lequel elle a été préalablement sertie. Une fois en place, le flux sanguin peut à nouveau s’écouler normalement à travers cette prothèse valvulaire, aboutissant à la guérison du patient.
Depuis 2002, cette technique a connu un véritable engouement international. Près de 10 000 patients ont été ainsi traités dans le monde. La technique est actuellement utilisée en Europe dans plus de 150 centres et connaît une croissance exponentielle. Une large étude (1200 patients, 24 centres) vient de s’achever aux Etats-Unis avec randomisation contre la chirurgie traditionnelle.

Le CHU de Rouen est devenu en Avril 2008 l’un des deux centres d’entraînement européen pour ces techniques d’implantations valvulaires et a déjà formé plus de 500 médecins français et étrangers.

Aujourd’hui, l’équipe du Pr Cribier a pour la première fois en France appliqué avec succès sur deux patientes une nouvelle technique simplifiée et prometteuse qui était très attendue, utilisant un nouveau modèle de valve, un nouveau système de mise en place et un introducteur de plus petite taille dont les avantages sont multiples. Cette valve devrait :
– bénéficier à beaucoup plus de patients car elle permet l’introduction de la valve dans des artères de calibre réduit, jusqu’alors non utilisables pour la voie fémorale.
– être posée sans aucun geste chirurgical, par ponction directe de l’artère fémorale (jusqu’à présent, l’introduction du stent contenant la valve se faisait par une incision permettant de « dénuder » l’artère, au niveau du pli de l’aine).

En octobre 2009, 2 patientes de plus de 80 ans ont pu bénéficier au CHU de Rouen de cette amélioration importante de la technique d’implantation d’une valve cardiaque qui devrait aboutir à une expansion encore plus rapide des indications.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.