Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cardiologie : le Prix PAUL MILLIEZ 2019 décerné au Pr Bernard Chamontin (CHU de Toulouse)

Le prix PAUL MILLIEZ couronne une carrière exceptionnelle, celle du Pr Chamontin cardiologue et interniste au sein du Pole Cardiovasculaire et Métabolique du CHU de Toulouse. Le prix lui a été remis par le Pr K. Tsioufis, président de l’European Society of Hypertension (ESH), le Pr S.Laurent Past président, et le Pr M.Azizi représentant de la Société Française d’HyperTension Artérielle (SFHTA), lors de la cérémonie des «Awards» au cours du 29e congrès annuel de l’ESH qui s’est tenue à Milan en juin dernier.
Le prix PAUL MILLIEZ couronne une carrière exceptionnelle, celle du Pr Chamontin cardiologue et interniste au sein du Pole Cardiovasculaire et Métabolique du CHU de Toulouse. Le prix lui a été remis par le Pr K. Tsioufis, président de l’European Society of Hypertension (ESH), le Pr S.Laurent Past président, et le Pr M.Azizi représentant de la Société Française d’HyperTension Artérielle (SFHTA), lors de la cérémonie des «Awards» au cours du 29e congrès annuel de l’ESH qui s’est tenu à Milan du 21 au 24 juin.  
Cette distinction est le témoignage de reconnaissance de la communauté médicale pour la grande contribution personnelle aux connaissances scientifiques sur l’hypertension artérielle mais aussi pour les actions visant à faire exister  «l’hypertension française» dans la communauté internationale. Des propositions de candidature sont soumises par un Comité de Sélection composé des membres du Conseil d’administration ayant eu eux-mêmes le Prix Paul Milliez, du président et du vice-président de la SFHTA. Le Conseil d’Administration nomine le lauréat parmi ces propositions par procédure de vote. 
Le Pr Bernard Chamontin est :
 – Professeur des Universités – Praticien Hospitalier Faculté de Médecine Rangueil, Université Paul Sabatier Toulouse Chef de service de Médecine Interne et Hypertension Artérielle, 1996-2016 
– ESH Hypertension Excellence Center, Centre d’Excellence Européen d’HTA 
– Ancien Président de la Société Française d’Hypertension Artérielle, 2005-2006 
– Cardiologue et interniste au sein du Pole Cardiovasculaire et Métabolique, CHU de Toulouse, Hôpital Rangueil, France  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.