Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CHU de Montpellier : deux patients reçoivent un coeur artificiel

Crédit Photo : CHU Montpellier - CARMAT
Dans le cadre d’une étude clinique soutenue par la Haute Autorité de Santé, le CHU de Montpellier a récemment intégré le groupe restreint des centres habilités à l’implantation de cœurs artificiels. Deux personnes ont bénéficié de cette innovation fin 2023.

Dans un communiqué publié cette semaine, le CHU de Montpellier annonce avoir intégré le club très fermé des centres habilités à l’implantation du cœur artificiel total Aeson, mis au point par la medtech Carmat. Depuis décembre 2023, deux patients ont bénéficié de ce dispositif médical dernière génération, à l’hôpital Arnaud de Villeneuve. 

Résultat d’une quinzaine d’années de développement, Aeson est le premier cœur artificiel physiologique au monde. Destiné à remplacer les ventricules natifs chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque avancée et en attente de greffe, ce cœur de haute technicité permet, par ses propriétés, de se rapprocher au maximum d’un cœur biologique humain. Comme ce dernier, Aeson produit des flux sanguins. Auto-régulé, il permet par ailleurs, grâce à la technologie intégrée dans la prothèse, un contrôle précis et une adaptation en temps réel en fonction des besoins physiologiques du patient. Enfin, il est présenté comme hémocompatible, évitant ainsi un endommagement des cellules sanguines et réduisant le risque de formation de caillots. 

Crédit Photo : CHU Montpellier - CARMAT

Une intervention lourde et pointue 

Au CHU de Montpellier, seul centre du sud de la France à proposer cette chirurgie aujourd’hui, les patients éligibles sont proposés par l’équipe d’insuffisance cardiaque avancée de cardiologie et discutés en réunion pluridisciplinaire. Ils sont ensuite inclus de manière officielle dans l’étude clinique EFICAS, soutenue par la Haute Autorité de Santé, par un comité de sélection indépendant. 

Si l’anatomie du patient est compatible après une simulation d’implantation virtuelle au scanner, alors l’intervention est programmée. Lors des deux interventions réalisées en fin d’année dernière, ce sont dix à quinze personnels qui ont été sollicités, dont des chirurgiens cardiaques, des anesthésistes-réanimateurs, des infirmiers de bloc opératoire (IBODE) et infirmiers anesthésistes (IADE), des perfusionnistes, placés sous la supervision de l’équipe de la société CARMAT. Ces interventions menées par les Dr Philippe Rouvière et Alexandru Nigolean ont duré entre huit et neuf heures. Dans les deux cas, « la prothèse a parfaitement démarré permettant de prendre le relai de la circulation artificielle en quelques minutes avec des battements tout à fait similaires à ceux d’un coeur naturel. », affirme le CHU.

Crédit Photo : CHU Montpellier - CARMAT

Autre innovation avancée par l’établissement : « pour la première fois, ces interventions ont été précédées par la mise en place d’un capteur miniature (CardioMems) dans l’artère pulmonaire des patients par l’équipe de cardiologie, dirigée par le Pr Roubille. Bénéficiant de l’expertise déjà acquise sur cette autre innovation, les équipes peuvent ainsi suivre de façon exclusive l’évolution des pressions artérielles pulmonaires sous l’effet du cœur artificiel, ce qui est habituellement impossible. Ainsi, des informations nouvelles sont obtenues sur le fonctionnement de la prothèse cardiaque et sur le niveau de correction de ses pressions afin de préparer au mieux une éventuelle transplantation cardiaque.« 

Crédit Photo : CHU Montpellier - CARMAT

Une surveillance accrue après la greffe 

Après cette greffe de cœur artificiel, intervention lourde durant laquelle il aura passé près de douze heures en salle d’opération, les patients sont admis en réanimation post-opératoire. Celle-ci vise à contrôler les conséquences sur l’organisme et à rétablir le fonctionnement des organes extra-cardiaques. Peu à peu, les différentes suppléances d’organes sont levées. Le réveil complet est assuré une fois que la situation est parfaitement stabilisée. La respiration doit aussi s’adapter à la mise en place de la prothèse qui, parfois, appuie sur les poumons. Une réhabilitation qui commence en réanimation et se poursuit en centre de chirurgie puis en centre de rééducation. 

Crédit Photo : CHU de Montpellier - CARMAT

Parallèlement, l’éducation thérapeutique est entamée pour apprendre à gérer le câble d’alimentation qui sort de l’abdomen, ainsi que les alarmes et batteries qui doivent rester chargées et branchées en permanence. Un changement de taille pour les patients qui commencent une nouvelle vie, en attendant une future transplantation cardiaque. 

La rédaction avec le CHU de Montpellier 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”