Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un registre sur la sclérose en plaques unique en France

En 2010 en Lorraine, 4 600 personnes sont atteintes de sclérose en plaques. Plus de la moitié d’entre elles sont suivies par les équipes du CHU de Nancy. Les nouveaux cas, 180 par an dans la région, sont en constante augmentation. Beaucoup d’interrogations subsistent sur cette pathologie neurologique et notamment sur ses causes. Afin de mieux la connaître et ainsi faire avancer la recherche en matière de prévention et de traitements, le CHU de Nancy a mis en place un registre de la sclérose en plaques.

En 2010 en Lorraine, 4 600 personnes sont atteintes de sclérose en plaques. Plus de la moitié d’entre elles sont suivies par les équipes du CHU de Nancy. Les nouveaux cas, 180 par an dans la région, sont en constante augmentation. Beaucoup d’interrogations subsistent sur cette pathologie neurologique et notamment sur ses causes. Afin de mieux la connaître et  ainsi faire avancer la recherche en matière de prévention et de traitements, le CHU de Nancy a mis en place un registre de la sclérose en plaques.
Un examen clinique, des analyses biologiques et un IRM permettent aux équipes médicales de diagnostiquer la sclérose en plaques. Plusieurs traitements existent et s’adaptent à la forme de la maladie qui évolue soit par poussées, soit de manière progressive. Ils sont administrés par voie injectable à domicile ou à l’hôpital. Lorsque le traitement dit « de 1re ligne » est insuffisant, le traitement de 2e ligne est mis en place. Au CHU de Nancy, les patients sont suivis par les équipes du service Neurologie dont l’activité est en augmentation, à l’instar de maladie, avec en moyenne 2 000 hospitalisations de jour et près de 2 400 consultations par an.
« Si on sait diagnostiquer et traiter la sclérose en plaques, déterminer les causes de son apparition reste encore une question non résolue », rappelle le Pr Marc Debouverie, neurologue au CHU de Nancy. Parmi les questions sans réponse : pourquoi la sclérose en plaques touche-t-elle en grande majorité les femmes et apparaît-elle dans 70 % des cas entre 20 et 40 ans ? « Cette maladie auto-immune ne présente aucun risque pour le futur enfant, précise au passage le praticien. De plus, la grossesse déclenche une tolérance immunologique qui met en « stand by » la pathologie. En revanche, le risque de réactivation suite à l’accouchement est à surveiller de très près. »
C’est pour tenter d’apporter des explications à ces zones d’ombre que le CHU de Nancy, en lien avec le Centre d’Investigation Clinique – Épidémiologie Clinique, a mis en place un registre lorrain de la sclérose en plaques.
« Labellisé INSERM et INVS en novembre 2009, ce registre, unique en France, est la structure moteur du projet national OFSEP », annonce le Pr Debouverie. L’Observatoire Français de la Sclérose En Plaques, retenu dans le cadre du programme « Investissements d’avenir », développe une cohorte française de patients porteurs de sclérose en plaques en l’alimentant de données biologiques, d’imagerie et de données socio-économiques. « Le principe est de collecter de façon régulière ces informations chez un maximum de patients pour identifier les déterminants de la maladie », résume le neurologue.
Chaque consultation – au CHU de Nancy et dans les autres établissements et cabinets libéraux de la région, est donc l’occasion d’actualiser les données relatives aux patients enregistrés, de suivre l’évolution de la maladie cas par cas et d’enrichir le registre servant de base aux travaux de recherche nationaux.
Par ailleurs, 18 essais thérapeutiques sont actuellement menés au CHU de Nancy. Ils portent sur des molécules et des stratégies thérapeutiques pour lutter contre la sclérose en plaques. Nouveauté annoncée pour 2012 : un traitement par voie orale qui devrait être lancé sur le marché français. « Il serait réservé à une prescription de 2e ligne, complète le Pr Debouverie, nous attendons les recommandations des autorités sanitaires qui en préciseront les modalités. »
En plus du traitement médicamenteux, une prise en charge multidisciplinaire est proposée par le réseau régional Lorsep. Objectif : anticiper l’aggravation de la maladie pour éviter l’hospitalisation au profit d’un maintien à domicile adapté. L’apparition de la sclérose en plaques entre 20 et 40 ans bouleverse les choix de vie – personnelle et professionnelle. « Se voir devenir grabataire à 30 ans constitue un choc, explique le Pr Debouverie qui préside le conseil d’administration du réseau, le soutien psychologique est primordial dès l’annonce du diagnostic et à tous les moments clés de la maladie. » Des séances d’éducation thérapeutique animées par une infirmière permettent au patient de mieux appréhender sa maladie et son traitement.
Les ergothérapeuthes réfléchissent à l’adaptation du domicile (accès, agencement, aménagement des sanitaires), tandis que les neuropsychologues évaluent les troubles des fonctions cognitives (attention, concentration, mémorisation immédiate). Des troubles qui accentuent les risques de licenciement et de précarité. Les assistantes sociales accompagnent donc les patients dans leurs demandes d’aides gérées par les Maisons Départementales des Personnes Handicapées. « En aboutissant à un dossier complet et de qualité, le travail des membres du réseau fait gagner aux patients l’équivalent d’un an de procédures » assure le médecin.
En savoir plus :

Union pour la lutte contre la Sclérose en Plaques : www.unisep.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”