Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CLIC de Haute-Vienne et services sociaux du CHU : partenariat renforcé

Les CLIC (Centre Local d'Information et de Coordination), le Conseil général de la Haute-Vienne et le CHU de Limoges poursuivent leurs efforts pour développer le réseau « département-hôpital ». Une volonté et une réalité illustrée par la réunion qui aura lieu le 2 octobre avec l'ensemble des acteurs concernés dans ces établissements.

Les CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination), le Conseil général de la Haute-Vienne et le CHU de Limoges poursuivent leurs efforts pour développer le réseau « département-hôpital ». Une volonté et une réalité illustrée par la réunion qui aura lieu le 2 octobre avec l’ensemble des acteurs concernés dans ces établissements.

La capacité des acteurs sanitaires et sociaux à travailler en réseau est un pré-requis pour optimiser la prise en charge des personnes âgées. Le CHU de Limoges et le Conseil général de la Haute-Vienne en sont convaincus, et réuniront le mardi 2 octobre, les 11 animatrices des CLIC de la Haute-Vienne, le Dr Ghislaine Monier médecin responsable des actions médico-sociales au Conseil général, l’ensemble des assistantes sociales du CHU de Limoges, et Philippe Verger, son directeur de la politique gérontologique.

Mieux connaître ses attentes et fonctionnements respectifs et donc établir de nouvelles procédures de partenariats adaptées, c’est améliorer la prise en charge globale de la personne âgée, qu’il s’agisse d’entrée ou de sortie d’hospitalisation, de permettre le maintien à domicile, ou de préparer une admission en maison de retraite.

Un enjeu majeur pour une population dont la démographie nécessite des solutions innovantes et un réseau performant.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.