Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Combattre le cancer du rein par le froid : une approche prometteuse au CHRU de Lille

Le froid extrême se révèle une arme efficace contre les cellules cancéreuses. Au CHRU de Lille, la cryothérapie s'utilise avec succès dans le cancer du rein. Détruire les cellules cancéreuses par le froid, tel est le défi relevé depuis 2013 par les équipes du service d'imagerie du CHRU de Lille. En 3 ans, près de 50 patients, âgés de 27 à 89 ans, ont pu bénéficier de cette alternative thérapeutique pour soigner des lésions cancéreuses du rein de plus de 4 cm qui n'auraient pu être prises en charge auparavant.
Le froid extrême se révèle une arme efficace contre les cellules cancéreuses. Au CHRU de Lille, la cryothérapie s’utilise avec succès dans le cancer du rein
Détruire les cellules cancéreuses par le froid, tel est le défi relevé depuis 2013 par les équipes du service d’imagerie du CHRU de Lille. Ce procédé innovant de cryothérapie offre une alternative thérapeutique mini invasive de radiologie interventionnelle, notamment pour le traitement du cancer du rein. "Le froid a l’avantage, par rapport au chaud, d’avoir un effet progressif, souligne le Dr Benoit Renard, porteur de ce projet au CHRU de Lille. Il est possible d’interrompre son application pour éviter d’abîmer des tissus proches de la zone à traiter et ainsi assurer une meilleure préservation de la fonction rénale."
En 3 ans, près de 50 patients, âgés de 27 à 89 ans, ont pu bénéficier de cette alternative thérapeutique pour soigner des lésions cancéreuses du rein de plus de 4 cm qui n’auraient pu être prises en charge auparavant.
Une cinquantaine de patients déjà traités
Réalisée sous anesthésie locale, plusieurs aiguilles sont mises en place au sein de la tumeur sous guidage par imagerie scanner. Elle permet à des patients contre-indiqués à la chirurgie, de bénéficier d’un traitement curatif qui préserve plus longtemps la fonction rénale.
Efficace, ce type de traitement favorise un rétablissement rapide de la santé du patient. Malgré ses avantages, cette prise en charge n’est pas remboursée. "Actuellement, ce n’est que grâce au soutien institutionnel du CHRU de Lille que la cryothérapie peut être proposée aux patients" souligne l’établissement.
Une alternative à la chirurgie
Pour chaque patient, le choix du traitement se discute lors de réunion de concertation pluridisciplinaire qui rassemble au moins trois médecins de spécialités différentes : urologue, radiologue, cancérologue, etc. La chirurgie reste l’actuel traitement de référence. Elle est parfois contre-indiquée en raison de l’état de santé du patient ou du risque d’altération de la fonction rénale à court ou moyen terme.
Avec 40 000 nouveaux cas par an en Europe, l’incidence du cancer du rein est en augmentation. 50% des cas sont des personnes âgées de plus de 65 ans, plus fréquemment porteuses de pathologies associées, cardiovasculaires ou cancéreuses.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.