Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

COVID-19: Création d’une base de données nationale de scanners thoraciques

La Société Française de Radiologie (SFR) et NEHS DIGITAL mettent en place un partenariat afin de favoriser, avec des établissements volontaires, une collecte d’images de scanners thoraciques de cas suspects ou confirmés de COVID-19. Il s’agit de constituer une base de données anonymisées afin de améliorer la prise en soin des patients positif au Covid-19 et de favoriser des projets de recherche et de développement.

La Société Française de Radiologie (SFR) et NEHS DIGITAL mettent en place un partenariat afin de favoriser, avec des établissements volontaires, une collecte d’images de scanners thoraciques de cas suspects ou confirmés de COVID-19. Il s’agit de constituer une base de données anonymisées afin de améliorer la prise en soin des patients positif au Covid-19 et de favoriser des projets de recherche et de développement.
Plusieurs études montrent l’importance du scanner thoracique chez les patients suspects et atteints par le coronavirus, à la fois pour le diagnostic des lésions pulmonaires et pour l’évaluation du pronostic.
« Collecter les images d’un grand nombre de scanners nous permettra d’avoir une connaissance précise de la sémiologie diagnostique et de déterminer des biomarqueurs pronostiques», indique le Pr Jean-François Meder, Président de la Société Française de Radiologie.
Il s’agit bien d’identifier les conduites à tenir pour juguler cette maladie. Toutes les images sont intéressantes, même quand le scanner est normal ou dépiste d’autres pathologies que celle suspectée au départ. Le but est de construire une base de données pour améliorer les connaissances, favoriser la recherche et optimiser la prise en charge des patients.
« Le groupe nehs et ses collaborateurs sont mobilisés, aux côtés des professionnels de santé, pour favoriser l’entraide nationale. Ce partenariat entre NEHS DIGITAL et la SFR constitue une réponse qui servira les scientifiques à lutter contre la maladie», précise Médéric Monestier, directeur général de nehs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.