Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Covid-19 : La Ligue contre l’obésité interpelle le ministre de la Santé

Les personne atteintes d’obésité n’ont pas accès au dispositif Covid de l’arrêt de travail simplifié en ligne. Une aberration pour la Ligue contre l'obésité qui a saisi le ministre de la Santé.

Les personne atteintes d’obésité n’ont pas accès au dispositif Covid de l’arrêt de travail simplifié en ligne. Une aberration pour la Ligue contre l’obésité qui a saisi le ministre de la Santé.
La crise sanitaire qui sévit en France et dans le monde impacte très durement les personnes souffrant d’obésité. Les études menées dans plusieurs centres hospitaliers de l’Hexagone et les éléments fournis par le Réseau européen de recherche en ventilation artificielle (REVA) confirment cette tendance.
Alors qu’un très grand nombre de patients sont toujours hospitalisés en soins intensifs et que l’on déplore de multiples décès parmi la population atteinte d’obésité, la Ligue contre l’obésité déplore que cette maladie ne soit toujours pas reconnue au titre des Affections de longue durée (ALD) par l’Assurance maladie.
De ce fait, les personnes souffrant d’obésité – qui ne peuvent pas poursuivre leur activité professionnelle en télétravail – n’ont pas accès à la procédure simplifié d’arrêt de travail dérogatoire sur le site dédié declare.ameli.fr
Une situation qui conduit les personnes atteintes d’obésité à devoir se déplacer chez leur médecin traitant afin que celui-ci leur délivre un arrêt de travail, si leur état de santé le justifie. Une obligation qui va à l’encontre de l’avis du Haut conseil de la santé publique (HSCP) qui rappelle dans son avis du 31 mars que les patients dès IMC>30 font partie des personnes à risque des formes graves du Covid-19 et qu’il est nécessaire de respecter les mesures barrières et de distanciation physique, de privilégier les consultations à distance et de limiter les déplacements dans des lieux à risque de transmission élevée du virus comme les salles d’attente ou les établissement de santé.
Malgré ces recommandations, les personnes atteintes d’obésité sont contraintes d’établir un contact physique avec leur médecin traitant afin d’obtenir, en cas de nécessité, un arrêt de travail. 

"Protégés en priorité"

Face à cette situation, la Ligue contre l’obésité a interpellé par courrier, le14 avril, Olivier Véran afin que l’Etat étende, à titre exceptionnel, la possibilité aux personnes souffrant d’obésité d’accéder au formulaire de l’arrêt de travail simplifié en ligne sur declare.ameli.fr . Et ce, dans le cadre des mesures de non propagation du virus prises par le gouvernement et du champ des pathologies concernées définies par le HCSP.
De plus, en prenant cette mesure de sauvegarde de la santé des personnes souffrant d’obésité, l’Assurance maladie répondrait parfaitement aux exigences du Président de la République, ajoute la Ligue. En effet, lors de sa première intervention télévisée du 12 mars 2020, le chef de l’Etat a, dans son allocution, clairement indiqué que « celles et ceux de nos compatriotes qui sont âgés ou affectés par des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou le cancer devaient être protégés en priorité ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.