Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Dans un contexte de crise sanitaire sans précédent, la rédaction de Réseau, Hôpital & GHT a choisi de partager les messages forts de la semaine. Messages qui témoignent de la gravité et de l’évolution de l’épidémie, des attentes et aussi des espoirs.

Dans un contexte de crise sanitaire sans précédent, la rédaction de Réseau CHU a choisi de partager les messages forts de la semaine. Messages qui témoignent de la gravité et de l’évolution de l’épidémie, des attentes et aussi des espoirs.
« Pour protéger nos soignants dans la durée face au virus, la mobilisation de l’État est totale. Un pont aérien est en place pour garantir l’acheminement de masques depuis la Chine: une première livraison de 8 millions de masques est arrivée cet après-midi, d’autres suivront», indiquait le Premier ministre Edouard Philippe le lundi 30 mars.
Le lendemain, le Président de la République a tenu à témoigner sa reconnaissance aux salariés de l’entreprise Kolmi-Hopen qui produisent des masques chirurgicaux et FFP2 à Saint-Barthélemy-d’Anjou. Emmanuel Macron s’est voulu rassurant: « Pour vaincre le Covid-19, la France est engagée dans un effort de production sans précédent».
Même tonalité chez Olivier Véran, ministre de la Santé, qui a déclaré le 31 mars: « Notre système de santé est notre meilleure arme. Je souhaite que, comme les établissements, les professionnels de santé libéraux bénéficient d’un mécanisme de soutien financier. J’ai demandé à l’Assurance maladie d’évaluer les besoins pour une avance, régularisable après la crise».
Mais le 1er avril, c’est bel et bien un cri d’alarme qui est lancé par Frédéric Valletoux, Président de la Fédération hospitalière de France dans Le Figaro: « On est au bord de la noyade, on est en train de perdre pied. Deux régions sont en très grande difficulté, le Grand Est et l’Île-de-France où les hospitaliers sont en très grande souffrance. Il faut changer d’échelle et prendre des mesures beaucoup plus radicales. Après le directeur de l’ARS Île-de-France hier, je lance à mon tour un appel. Un ou deux TGV médicalisés par semaine, ce n’est plus adapté. Si la stratégie est d’extraire les patients, alors il faut amplifier les transferts, et organiser des transports beaucoup plus massifs vers les capitales régionales ou européennes».

Ehpad, l’exemple de La Garenne-Colombes

« A La Garenne-Colombes, nous testons tous les résidents des EHPAD. Notre but : casser la chaine de contamination en séparant à des étages différents les résidents positifs des résidents négatifs. Nous y sommes arrivés : il faut le faire partout en France!», indiquait pour sa part le Pr Philippe Juvin, maire de la ville, Professeur de médecine et chef du service Urgences de l’hôpital européen Géorges-Pompidou le 31 mars. «Nous devons tout mettre en œuvre pour protéger nos aînés. Dépister les résidents et les soignants en EHPAD, dès lors qu’ils sont symptomatiques, est une priorité», confirmait le ministre de la Santé Olivier Véran le 1er avril devant la mission d’information chargée du suivi de la gestion de l’épidémie de Covid-19 à l’Assemblée nationale.

Soutien aux hôpitaux

Le 2 avril, Gabriel Attal, Secrétaire d’État auprès du Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, annonçait la mobilisation des jeunes de la réserve vivique: «Dès aujourd’hui, des volontaires de la réserve civique vont renforcer les équipes de l’AP-HP pour le suivi par téléphone des malades du Covid-19 qui sont à domicile»
Et si la fatigue et la crainte de la contamination chez les personnels soignants commencent à être évoqués dans la presse, gardons en mémoire cette déclaration de Pascal Champvert, le 30 mars sur TF1: "On n’est pas dans la peur, on est dans l’action".

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”