Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Création d’un pôle de référence régional Femme, Mère, Enfant

Le regroupement des activités liées à la maternité, à la néonatalogie, à la gynécologie de l'hôpital Bon Secours et de l'hôpital Sainte Croix au sein de « l'Hôpital Maternité de Metz » est prévu le jeudi 4 et le vendredi 5 septembre 2008. Les services de pédiatrie générale et d'urgences pédiatriques restent localisés à l'hôpital Bon Secours dans l'attente de leur déménagement sur Mercy en 2012.

Le regroupement des activités liées à la maternité, à la néonatalogie, à la gynécologie de l’hôpital Bon Secours et de l’hôpital Sainte Croix au sein de « l’Hôpital Maternité de Metz » est prévu le jeudi 4 et le vendredi 5 septembre 2008. Les services de pédiatrie générale et d’urgences pédiatriques restent localisés à l’hôpital Bon Secours dans l’attente de leur déménagement sur Mercy en 2012.

Ce pôle de référence régional s’appuie sur la synergie créée par la mise en commun des compétences reconnues des professionnels de l’hôpital Sainte Croix et du CHR Metz-Thionville. Objectifs : mieux répondre à la demande des mères et des enfants, améliorer leur prise en charge et contribuer au retour à l’équilibre financier de la structure.

Ce rapprochement est réalisé dans le cadre de la politique de mutualisation des moyens techniques et humains souhaitée par l’Agence Régionale d’Hospitalisation dans le but d’améliorer les compétences des services et d’éviter les doublons de spécialité dans les hôpitaux d’une même ville.

Une organisation concertée au sein du territoire de santé
L’hôpital-maternité de Metz se situe dans un ensemble hospitalier au service de la population nord-lorraine.
Au sein du CHR, le pôle femme-mère-enfant de Thionville représente plus de 2 700 accouchements par an et constitue une référence régionale dans les domaines de la maternité et de la pédiatrie. La prise en charge de la femme en médecine et en chirurgie gynécologiques, de l’enfant en néonatologie et en pédiatrie générale répond aux besoins du bassin de population.
Au sein du territoire de santé, en lien étroit avec le CHR et le nouvel hôpital-maternité de Metz, la maternité et la pédiatrie du CH de Briey apportent une réponse de proximité à la région briotine (près de 1000 accouchements)
Les trois structures constituent un ensemble gradué qui couvre le territoire.

Un regroupement fonctionnel
La solution retenue consiste à regrouper l’ensemble des activités de gynécologie et d’obstétrique de l’hôpital Bon Secours et de l’hôpital-maternité Ste Croix sur le site de Ste Croix car les locaux disponibles permettent le regroupement des deux sites. Seul le service pédiatrie et les urgences pédiatriques resteront à Bon Secours. Pour mener à bien cette réorganisation, des groupes de travail par secteur d’activités ont été créés sur la base d’un binôme médical-paramédical. Leur rôle est d’étudier l’organisation des services.

Une approche sociale spécifique
Le regroupement des professionnels de l’hôpital Bon Secours et de l’hôpital Sainte Croix suppose des transformations sensibles dans les organisations, les habitudes, la structuration des équipes. Pour permettre à chaque agent de trouver au mieux sa place dans la nouvelle organisation, une approche sociale spécifique a été conduite par la Direction des Ressources Humaines et la Direction des Soins.
Ainsi, des entretiens individuels ont été mis en place pour que chaque agent de l’hôpital concerné puisse s’exprimer et prioriser son choix d’affectation.

Un partenariat qui remonte à 2003
La création du pôle de référence régional pour la Femme, la Mère et l’Enfant est le résultat d’un partenariat né en 2003 du regroupement des services de néonatologie du Centre Hospitalier Régional (CHR) Metz-Thionville (site de Bon Secours) et de l’hôpital Sainte Croix et de la création d’un SIH (structure de coopération juridique) pour gérer cette structure. Le 1er juillet 2007, le Centre Hospitalier Régional Metz-Thionville et l’Association Sainte Croix réunissent leurs activités, de gynécologie, d’obstétrique, de pédiatrie, le service d’accueil d’urgence pédiatrique de l’hôpital Bon Secours et des activités de gynécologie, d’obstétrique, de néonatologie, de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, de pharmacie, d’aide médicale à la procréation (AMP), d’imagerie, de l’unité d’adolescents, du centre d’assistance à la femme (CAF), de surveillance continue, d’anesthésie et de chirurgie ambulatoire, de l’hôpital-maternité Sainte Croix au sein d’un Syndicat Inter Hospitalier. La gestion de celui-ci est confiée à la Direction Générale du CHR. Un an plus tard le pôle de référence est crée.

Chiffres clés
• 590 professionnels dont 50 médecins
• 115 lits, 10 places de chirurgie ambulatoire, 7 salles de naissance, 4 salles de prétravail, 6 salles de bloc opératoire dont 1 réservée à l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP), 8 postes en salle de soins post-interventionnelle
• 3 000 naissances
• 4 200 femmes hospitalisées en gynécologie
• 1 822 enfants hospitalisés
• 600 opérations de chirurgie de reconstruction
• 565 enfants pris en charge en néo-natalogie
• 726 Activités de Procréation Médicalement Assistée
• 71 séjours en unité d’adolescent

En projet le développement d’activité de chirurgie ambulatoire, d’hospitalisation à domicile, les urgences gynécologiques et obstétriques

Budget
Le budget d’exploitation de l’établissement est de 42 000 000 €.
La situation financière reste délicate. Le regroupement des activités de gynécologie et d’obstétrique sur un seul site (mutualisation des moyens techniques et humains) doit permettre un retour à l’équilibre pour 2012.

Implantation sur le site de Mercy
Ce pôle de référence sera contigu au nouvel hôpital de Metz et construit en même temps que lui, sur le site de Mercy. Leur ouverture est prévue en 2012 – voir article Nouvel hôpital de Metz

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.