Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des bilans uro-dynamiques désormais réalisés par des infirmières

Mesures du débit de la vessie et des pressions urétrales, recherche d'une incontinence d'effort à la toux, ce bilan uro-dynamique jusqu’alors exclusivement réalisé par des urologues peut désormais être assuré par des infirmières « expertes d’urologie ». L'élargissement des compétences soignantes vient d'être acté dans un protocole de coopérations entériné par Claude d’Harcourt, directeur général de l’Agence régionale de santé de Haute-Normandie ; une région pionnière en matière d’exercices collaboratifs innovants.

Mesures du débit de la vessie et des pressions urétrales, recherche d’une incontinence d’effort à la toux , ce bilan uro-dynamique jusqu’alors exclusivement réalisé par des urologues peut désormais être assuré  par des infirmières « expertes d’urologie ». L’élargissement des compétences soignantes vient d’être acté dans un protocole de coopérations entériné par Claude d’Harcourt, directeur général de l’Agence régionale de santé de Haute-Normandie ; une région pionnière en matière d’exercices collaboratifs innovants.
L’initiative portée par les professionnels de santé du CHU-Hôpitaux de Rouen a reçu un avis favorable de la Haute Autorité de Santé qui a tout particulièrement apprécié son influence positive sur l’activité du service.
Tout le monde est gagnant : d’abord les patients car cette nouvelle disposition va réduire les files d’attente et leur permettre d’accéder plus vite aux examens et au traitement de leurs troubles vesico- sphincteriens. Les urologues ensuite, qui grâce cette délégation d’acte vont pouvoir consacrer davantage de temps au suivi et à la relation médicale avec leurs patients. Enfin les infirmières qui vont développer de nouveaux savoirs et de nouvelles expertises. 
Des infirmières spécialement formées
Le protocole permet une réalisation de l’examen dans des conditions de sécurité et de qualité de prise en charge équivalentes à celui fait par un urologue. Les infirmières « expertes » ont en effet bénéficié d’une formation de niveau universitaire avec une validation de leur expérience par le Pr Grise, chef du service d’urologie du CHU-Hôpitaux de Rouen. L’analyse des bilans uro-dynamiques est toujours effectuée par les médecins urologues.

Un outil innovant

L’article 51 de la loi HPST stipule que les protocoles de coopération professionnelle autorisent la délégation d’un acte ou d’une activité, exercée dans des circonstances précises à condition notamment de garantir la sécurité des usagers. L’ARS Haute-Normandie soutient ces modes d’exercices collaboratifs innovants qui améliorent l’accès aux soins en région.
Un premier protocole de coopération encadrant la réalisation d’échographies par les manipulateurs en électroradiologie médicale du CHU-Hôpitaux de Rouen a ainsi déjà été signé le 12 septembre dernier. 5 actes sont concernés par ce protocole : écho-doppler artériel et veineux des membres inférieurs ; écho-doppler artériel des troncs supra-aortiques ; échographie abdominale pour bilan d’extension ou surveillance d’une pathologie connue ; échographie de thyroïde.
La réalisation technique de ces actes est confiée aux manipulateurs en électroradiologie médicale expérimentés, l’interprétation des résultats relevant uniquement de la compétence médicale.
La Haute-Normandie est la première région à avoir déjà signé deux protocoles de coopération.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.