Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des greffons pulmonaires évalués et réhabilités « ex vivo »

En cas d'insuffisance respiratoire terminale, la transplantation pulmonaire s'impose. Cependant, cette intervention se heurte au manque de donneurs. Pour augmenter le nombre de greffons pulmonaires, sans accroître le nombre de donneurs, il existe une solution appelée «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo». Cette technique permet de sélectionner, parmi les greffons refusés, ceux qui, après reconditionnement ex vivo, vont satisfaire aux critères classiques d'implantation. En 2018, les équipes du CHU de Nantes ont adopté la «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo» de façon à accéder à une catégorie de donneurs d’organes nommée «Maastricht III» - les personnes en arrêt de traitement sur décision médicale.

En cas d’insuffisance respiratoire terminale, la transplantation pulmonaire s’impose. Cependant, cette intervention se heurte au manque de donneurs. Pour augmenter le nombre de greffons pulmonaires, sans accroître le nombre de donneurs, il existe une solution appelée «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo». Cette technique permet de sélectionner, parmi les greffons refusés, ceux qui, après reconditionnement ex vivo, vont satisfaire aux critères classiques d’implantation. En 2018, les équipes du CHU de Nantes ont adopté la «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo» de façon à accéder à une catégorie de donneurs d’organes nommée «Maastricht III» – les personnes en arrêt de traitement sur décision médicale. 
La technique de «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo» optimise le greffon par un reconditionnement. Cette intervention consiste à le maintenir en fonctionnement dans une cloche en verre stérile, à évaluer et maximiser sa fonction d’oxygénation du sang. Grâce à cette intervention, le nombre de greffons utilisables peut être augmenté de façon significative permettant de réduire le temps d’attente des patients. 
Obligatoire et protocolisée, cette technique donne aux médecins le temps de «soigner» et d’évaluer les greffons avant leur transplantation.  
Le premier reconditionnement pulmonaire ex vivo a été réalisé avec succès à Nantes en décembre 2017 et s’est parfaitement déroulé sur l’ensemble des plans technique, matériel et humain.
Le CHU de Nantes a été la première équipe non-parisienne à greffer des poumons issus de donneurs Maastricht III. Cette expertise à laquelle s’ajoute la mobilisation de l’ensemble des équipes de transplantation thoracique font du CHU de Nantes un acteur majeur de la greffe pulmonaire avec plus de 30 transplantations réalisées en 2018. Un record !

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.