Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Des kinés recrutés à mi-temps

Confrontée à la faible attractivité du secteur public pour les masseurs-kinésithérapeutes, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM) expérimente le recrutement à mi-temps de kinés libéraux sous la forme de contrats à durée déterminée ou indéterminée et sur la base du salaire moyen proposé dans les autres structures de soins soit 875 € net pour un mi-temps. De telles embauches sont possibles en application des textes en vigueur encadrant le travail des agents à temps non complets et des agents à temps partiel*.

Confrontée à la faible attractivité du secteur public pour les masseurs-kinésithérapeutes, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM) expérimente le recrutement à mi-temps de kinés libéraux sous la forme de contrats à durée déterminée ou indéterminée et sur la base du salaire moyen proposé dans les autres structures de soins soit 875 € net pour un mi-temps. De telles embauches sont possibles en application des textes en vigueur encadrant le travail des agents à temps non complets et des agents à temps partiel*.
Tout en poursuivant leur activité libérale, les candidats auront la possibilité d’élargir leurs compétences et leurs connaissances au sein d’un environnement hospitalo-universitaire de pointe. Hugues Roger, Cadre Supérieur de Santé Masseur-Kinésithérapeute à l’AP-HM fait valoir les multiples avantages de l’exercice en CHU "le travail d’équipe, la participation aux staffs médicaux, les formations professionnelles, l’acquisition d’une expertise plus pointue en traitant des patients plus lourds et la découverte de techniques innovantes".
L’appel à candidatures est désormais ouvert. Il représente un enjeu pour l’institution phocéenne qui anticipe les besoins importants dans cette profession du fait des départs à la retraite de ses kinés et du vieillissement de la population. L’information a fait l’objet d’un communiqué de presse en date du 13 juillet 2011. L’AP-HM espère la signature de 4 contrats mi-temps chaque année. Cette forme de partenariat public-privé s’inscrit dans la démarche d’ouverture sur la cité menée depuis des années par l’AP-HM. Une initiative qui devrait aussi lui permettre de réduire ses dépenses d’intérim.
Pour plus de précision :
Hugues Roger
Cadre Supérieur de Santé Masseur-Kinésithérapeute
Pôle de Médecine Physique et de Réadaptation
Hôpital de la Timone
Tél. 04 91 38 73 29 – 06 11 10 51 76
Mail : hugues.roger@ap-hm.fr
*- Les agents à temps non complet : L’article 25 IV reprend des dispositions du décret du 6 janvier 2003 qui est abrogé. Ainsi, les fonctionnaires, les agents non titulaires et les agents dont le contrat est soumis aux dispositions du code du travail en application des articles 34 et 35 de la loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations, occupant un emploi à temps non complet ou exerçant des fonctions impliquant un service à temps incomplet pour lesquels la durée du travail est inférieure ou égale à la moitié de la durée légale ou réglementaire du travail des agents publics à temps complet peuvent exercer à titre professionnel, une activité privée lucrative dans les limites et conditions fixées par décret en Conseil d’Etat.
– Les agents à temps partiel : Les agents publics à temps partiel sont désormais soumis aux mêmes règles de cumul d’activités que les autres agents. (article 23 IV – loi du 2 février 2007).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.