Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Diabète : nouvelle méthode de dépistage de l’atteinte oculaire

Une nouvelle méthode de dépistage de la rétinopathie diabétique a été mise en place au CHU de Rouen. Il s'agit de la prise de photographies numériques de la rétine à l'aide d'un « rétinographe », par des infirmiers au cours de l'hospitalisation des patients diabétiques. Les images sont télétransmises instantanément via Intranet dans le service d'ophtalmologie et interprétées par un médecin ophtalmologiste.

Une nouvelle méthode de dépistage de la rétinopathie diabétique a été mise en place au CHU de Rouen. Il s’agit de la prise de photographies numériques de la rétine à l’aide d’un « rétinographe », par des infirmiers au cours de l’hospitalisation des patients diabétiques. Les images sont télétransmises instantanément via Intranet dans le service d’ophtalmologie et interprétées par un médecin ophtalmologiste.

Les patients présentant une rétinopathie diabétique qui nécessitent une prise en charge ophtalmologique (examens complémentaires, surveillance rapprochée, et/ou traitement) sont alors informés, ainsi que leur diabétologue, leur médecin traitant, et leur ophtalmologiste.

Ce dépistage très fiable peut être organisé en relation avec l’ophtalmologie libérale. Sa rapidité, sa flexibilité et la proximité des centres de dépistage avec les services de diabétologie assouplissent l’accès à l’examen de dépistage. La séance est plus agréable du fait de l’absence de dilatation pupillaire par collyres dans la majorité des cas. Autres avantages, l’acte est plus ludique et informatif pour le patient grâce à la visualisation immédiate des photographies du fond d’oeil. Enfin, soutenu par les nouvelles technologies, le dépistage de la rétinopathie diabétique contribue à améliorer la communication entre les professionnels de santé, notamment grâce à la création systématique d’un compte-rendu placé dans le dossier informatisé du patient.

L’atteinte de la rétine par le diabète (ou rétinopathie diabétique) est une complication fréquente chez les patients diabétiques, et reste la première cause de malvoyance et de cécité avant l’âge de 55 ans dans les pays occidentaux.

Affection silencieuse pendant de nombreuses années, La rétinopathie diabétique n’entraîne que tardivement une baisse visuelle. Le traitement ne permet plus alors qu’une stabilisation de la vision, du fait de l’irréversibilité des dommages rétiniens causés par la maladie. Ainsi, seul un dépistage régulier de la rétinopathie diabétique peut permettre de diagnostiquer et de traiter précocement les formes débutantes avant l’apparition des complications.

Cependant, le dépistage de la rétinopathie diabétique est insuffisamment réalisé, notamment à cause de l’inadéquation entre le nombre de patients diabétiques qui ne cesse de croître et le nombre d’ophtalmologistes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”