Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Diabète : nouvelle méthode de dépistage de l’atteinte oculaire

Auteur /Etablissement :
Une nouvelle méthode de dépistage de la rétinopathie diabétique a été mise en place au CHU de Rouen. Il s'agit de la prise de photographies numériques de la rétine à l'aide d'un « rétinographe », par des infirmiers au cours de l'hospitalisation des patients diabétiques. Les images sont télétransmises instantanément via Intranet dans le service d'ophtalmologie et interprétées par un médecin ophtalmologiste.

Une nouvelle méthode de dépistage de la rétinopathie diabétique a été mise en place au CHU de Rouen. Il s’agit de la prise de photographies numériques de la rétine à l’aide d’un « rétinographe », par des infirmiers au cours de l’hospitalisation des patients diabétiques. Les images sont télétransmises instantanément via Intranet dans le service d’ophtalmologie et interprétées par un médecin ophtalmologiste.

Les patients présentant une rétinopathie diabétique qui nécessitent une prise en charge ophtalmologique (examens complémentaires, surveillance rapprochée, et/ou traitement) sont alors informés, ainsi que leur diabétologue, leur médecin traitant, et leur ophtalmologiste.

Ce dépistage très fiable peut être organisé en relation avec l’ophtalmologie libérale. Sa rapidité, sa flexibilité et la proximité des centres de dépistage avec les services de diabétologie assouplissent l’accès à l’examen de dépistage. La séance est plus agréable du fait de l’absence de dilatation pupillaire par collyres dans la majorité des cas. Autres avantages, l’acte est plus ludique et informatif pour le patient grâce à la visualisation immédiate des photographies du fond d’oeil. Enfin, soutenu par les nouvelles technologies, le dépistage de la rétinopathie diabétique contribue à améliorer la communication entre les professionnels de santé, notamment grâce à la création systématique d’un compte-rendu placé dans le dossier informatisé du patient.

L’atteinte de la rétine par le diabète (ou rétinopathie diabétique) est une complication fréquente chez les patients diabétiques, et reste la première cause de malvoyance et de cécité avant l’âge de 55 ans dans les pays occidentaux.

Affection silencieuse pendant de nombreuses années, La rétinopathie diabétique n’entraîne que tardivement une baisse visuelle. Le traitement ne permet plus alors qu’une stabilisation de la vision, du fait de l’irréversibilité des dommages rétiniens causés par la maladie. Ainsi, seul un dépistage régulier de la rétinopathie diabétique peut permettre de diagnostiquer et de traiter précocement les formes débutantes avant l’apparition des complications.

Cependant, le dépistage de la rétinopathie diabétique est insuffisamment réalisé, notamment à cause de l’inadéquation entre le nombre de patients diabétiques qui ne cesse de croître et le nombre d’ophtalmologistes.

Sur le même sujet

Une nouvelle maison des Femmes au CHU de Montpellier

La Maison des Femmes Agnès McLaren vient d’ouvrir à Montpellier. Ce lieu est destiné à toutes celles qui sont victimes de violences et entièrement dédié, grâce à l’engagement des professionnels du CHU, à leur santé. L’actrice Alexandra Lamy, ambassadrice de “la maison des femmes”, est la marraine du site montpelliérain.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.