Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dix-neuf projets de recherche hospitalo-universitaires dévoilés au CHU Healthtech Connexion Day

A l’occasion de la deuxième édition du CHU Healtech Connexion Day, qui s’est tenu à Marseille le 20 novembre dernier et rassemblé près de huit-cents personnes, dix-neuf projets lauréats de recherche hospitalo-universitaires (RHU) ont été annoncés. La majorité d’entre-eux ont été directement coordonnés par un CHU.

Il s’est définitivement affirmé comme un événement incontournable. Fort d’une première édition nantaise réussie l’an dernier, le CHU Healtech Connexion Day a fait son retour il y a quelques jours du côté de Marseille. Sept cent cinquante personnes, professionnels de l’innovation en santé, de la recherche, du médical, des achats des trente-deux CHU français mais aussi entrepreneurs de la santé, ont été réunies par la Conférence des Directeurs Généraux de CHU et France Biotech au Palais du Pharo. 

Si le nombre de participants a presque doublé par rapport à 2022, l’ambition reste la même : « poursuivre l’acculturation entre les parties prenantes afin de favoriser une meilleure connaissance des enjeux et perspectives de collaboration entre les CHU et les entrepreneurs de l’innovation en santé, » avec, en toile de fond, la co-construction de la santé du futur. Pour François Crémieux, Directeur général de l’AP-HM, cette rencontre entre les acteurs hospitaliers et économiques, est plus que jamais nécessaire : « Si le CHU a dans son ADN le progrès médical et l’innovation dans les prises en charges, il peut parfois être perçu comme une forteresse innatteignable pour les entrepreneurs de la Healthtech, tant les cultures, les process, les façons de travailler sont différents.  » Quant à Philippe El Saïr, Président de Conférence des DG de CHU, le CHU Healtech Connexion Day « symbolise notre engagement commun en faveur d’une médecine plus innovante » et « d’une santé plus efficace. »

14 projets purs CHU

Outre les sessions plénières (« De la donnée aux solutions numériques : enjeux et stratégie pour le système de santé » et « Recherche clinique : nouveaux outils, nouvelles méthodologies, comment le numérique impacte le développement de l’innovation ? ») et les huit ateliers qui ont rythmé cette journée riche, on retiendra le dévoilement par Lise Alter, directrice générale de l’Agence de l’Innovation en santé, des dix-neufs projets de recherche hospitalo-universitaires retenus dans le cadre de la sixième vague du programme d’investissement d’avenir. Quatorze d’entre-eux sont pilotés par un CHU :

Augmentreg  (AP-HP) projet de thérapies utilisant les lymphocytes T régulateurs (Treg) pour obtenir une tolérance opérationnelle aux organes solides allogéniques transplantés.

Bioface (CHU de Toulouse) porte sur des biomatériaux innovants pour la reconstruction faciale en cancérologie.

E-Can (CHU Nantes)  vise à améliorer le parcours patient des porteurs d’anévrismes intracrâniens.

Envisage (CHU de Bordeaux) dont le but est l’amélioration des interventions sur les valves cardiaques par IA. 

I-deal (CHU de Nancy), projet autour d’outils innovants à distance et imagerie de précision dans la maladie de Crohn. 

Luca-Pi  (AP-HM), projet de prévention et interception du cancer bronchique. 

Rauc (CHU d’Amiens) un projet pour la réhabilitation augmentée pour les urgences chirurgicales. 

Rebone (CHU de Nice) porte sur  la reconstruction 3D préopératoire en temps réel pour une meilleure réflexion dans la réparation osseuse.

Secret-Gift (Lille) conçoit une biothérapie de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) « utilisant le système de réparation plaquettaire. « 

Sickmast (AP-HP) cherche à développer des mastocytes et basophiles dans la drépanocytose. 

Systinn (université Lyon-I) porte sur l’évaluation clinique « d’un immunostimulant de système immunitaire inné en cancérologie. « 

Talent (avec le CHU de Bordeaux)  vise la « prédiction et gestion numérique du risque d’accident vasculaire cérébral cardioembolique. « 

Theraphage (Hospices Civils de Lyon) vise le  « développement d’une technologie de phagogramme et de formulations de phages thérapeutiques. » 

Tipitch (CHU de Lille) dont l’objectif est de « transformer le pronostic de l’hémorragie cérébrale.« 

La Conférence des Directeurs Généraux de CHU a tenu à « féliciter les équipes des lauréats des CHU, symbole du dynamisme et de l’excellence des équipes hospitalo-universitaires des CHU « . Elle a aussi précisé sur son compte LinkedIn que « douze projets ont été directement coordonnés par un CHU, et que six autres ont été portés par une université ou un organisme de recherche, avec un CHU partenaire. »

Chacun des dix-neufs projets lauréats touchera entre 4 et 10 millions d’euros sur cinq ans. 

La rédaction 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.