Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Dosage de médicaments par LC/MS/MS

Le service de Pharmacologie Clinique du CHU de Besançon s'est équipé d'une Chromatographie Liquide couplée à la Spectrométrie de Masse (LC/MS/MS) pour assurer en priorité le Suivi Thérapeutique Pharmacologique des anti-rétroviraux dans le traitement du SIDA, des immunosuppresseurs dans les greffes et des anticancéreux.

Le service de Pharmacologie Clinique du CHU de Besançon s’est équipé d’une Chromatographie Liquide couplée à la Spectrométrie de Masse (LC/MS/MS) pour assurer en priorité le Suivi Thérapeutique Pharmacologique des anti-rétroviraux dans le traitement du SIDA, des immunosuppresseurs dans les greffes et des anticancéreux.

L’arrivée sur le marché de nouvelles molécules dans ces 3 spécialités pose en effet de plus en plus de problèmes de dosage en terme de spécificité pour les anti-rétroviraux, de sensibilité pour les immunosuppresseurs et de temps de réalisation lorsque ces molécules sont dosées de manière traditionnelle par Chromatographie Liquide simple. L’acquisition d’une LC/MS/MS pour ce type de dosage devient donc une nécessité pour les centres impliqués dans ces thématiques.

Le CHU de Besançon traite, par an, environ 2 400 dosages d’anti-rétroviraux (inhibiteurs de protéase, analogues non nucléosidiques de la transcriptase inverse, inhibiteur de l’intégrase) et 900 dosages des derniers immunosuppresseurs arrivés sur marché (Everolimus, Sirolimus) pour la région Franche-Comté mais aussi les régions Bourgogne, Alsace et Lorraine principalement. Cette technique par sa rapidité, permet aussi une grande réactivité dans le rendu des résultats et permet, le cas échéant, le conseil à la prescription en temps réel. D’autres classes thérapeutiques pourront bénéficier dans un proche avenir des qualités de cette technique : anti-cancéreux, anti-infectieux…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.