Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Effets indésirables en neuroradiologie interventionnelle

26 patients de neuroradiologie interventionnelle pris en charge à l'hôpital de Hautepierre font l'objet d'un suivi spécifique suite à la découverte d'effets indésirables inhabituels (perte de cheveux localisée et/ou rougeurs de la peau). Le signalement à l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a été effectué le 20 mars 2009 par les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

26 patients de neuroradiologie interventionnelle pris en charge à l’hôpital de Hautepierre font l’objet d’un suivi spécifique suite à la découverte d’effets indésirables inhabituels (perte de cheveux localisée et/ou rougeurs de la peau). Le signalement à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a été effectué le 20 mars 2009 par les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

Suite à cette déclaration, les autorités concernées (ASN, AFSSAPS, ARH[1]) et l’IRSN[2] ont immédiatement procédé à des investigations et des contrôles pour déterminer l’origine de ces effets indésirables et en tirer des enseignements et des recommandations.

Les douze patients ont présenté des effets secondaires et font l’objet d’un suivi spécifique selon les recommandations de l’IRSN. Les effets dermatologiques constatés ont régressé et aucune complication neurologique n’a été constatée.

Les quatorze autres patients traités par neuroradiologie interventionnelle à l’hôpital de Hautepierre depuis le début de cette activité en 2008, ont été contactés personnellement et vont également faire l’objet d’un suivi selon les mêmes modalités.

Par ailleurs, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg ont procédé, sur l’ensemble de leurs sites, à une analyse approfondie des procédures de neuroradiologie interventionnelle qui ont conduit à la mise en place d’actions d’amélioration.

Ces mesures sont notamment
– L’optimisation des réglages de la machine
– La mise en place de niveaux d’alerte internes à l’établissement compte tenu de l’absence de niveaux de référence nationaux en matière de radiologie interventionnelle
– La mise en place d’un système de suivi systématique des patients en cas de dépassement des niveaux d’alerte internes
– L’acquisition d’un système permettant un meilleur suivi des doses délivrées
– L’optimisation des procédures de prise d’images radiologiques lors des interventions pour réduire les doses reçues par le patient

Parallèlement, les données dosimétriques relevées (doses délivrées) conduisent les HUS, par mesure de précaution, à prolonger leurs investigations sur le deuxième site du centre hospitalier (Hôpital Civil), afin de s’assurer de l’absence d’effets tels qu’ils ont pu être observés à Hautepierre, même si à ce jour aucun patient n’a signalé d’effet indésirable de ce type.

Les HUS ont la volonté de tirer le maximum de leur retour d’expérience concernant les activités de neuroradiologie interventionnelle, afin d’alimenter les réflexions de l’ensemble de la profession qui sont en cours au niveau national.

La neuroradiologie interventionnelle consiste à traiter de façon non chirurgicale des pathologies cérébrales lourdes engageant le pronostic vital. Pour ce faire, l’opérateur guide des micro instruments dans les artères, grâce à des images radiologiques, jusqu’au cerveau du patient. Il ne s’agit donc pas de radiothérapie mais de la réalisation d’images de guidage, procédures longues et complexes.

____
[1] ASN : Autorité de Sûreté Nucléaire
AFSSAPS : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé
ARH : Agence Régionale de l’Hospitalisation
[2] IRSN : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”